Climat : les États-Unis de retour dans l’accord de Paris

Source AFP
·1 min de lecture
« Il s'agit d'une crise existentielle mondiale. Et nous en subirons tous les conséquences », a déclaré Joe Biden. (Illustration)
« Il s'agit d'une crise existentielle mondiale. Et nous en subirons tous les conséquences », a déclaré Joe Biden. (Illustration)

Les États-Unis sont officiellement revenus vendredi 19 février dans l'accord de Paris, au moment où l'administration du président Joe Biden s'est engagée à faire de la lutte contre le changement climatique une haute priorité. Près de quatre ans après l'annonce par Donald Trump du retrait des États-Unis, ce retour de la première économie du monde, deuxième plus grosse émettrice de CO2, signifie que la quasi-totalité des nations de la planète sont aujourd'hui parties prenantes de l'accord signé en 2015.

Entré en fonction le 20 janvier, Joe Biden avait décidé immédiatement de ce retour. « Nous ne pouvons plus repousser ou faire le strict minimum pour répondre au changement climatique », a insisté vendredi Joe Biden à la Maison-Blanche, lors de son premier grand discours de politique étrangère à la Conférence sur la sécurité de Munich. « Il s'agit d'une crise existentielle mondiale. Et nous en subirons tous les conséquences », a-t-il ajouté.

À LIRE AUSSILes trois thermomètres de l'action contre le réchauffement climatique

« La diplomatie par la science »

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a aussi assuré dans un communiqué que « le changement climatique et la diplomatie par la science » ne pouvaient plus « jamais être des ajouts optionnels » dans les discussions de politique étrangère.

« Répondre aux menaces réelles du changement climatique et écouter nos scientifiques est au c?ur de nos priorités intérieures et étrangères. C'est (un aspect) vital da [...] Lire la suite