Publicité

Quand Clemenceau était scénariste

Passionné de cinéma, Georges Clemenceau a écrit un roman et une pièce de théâtre qui ont donné lieu à trois films entre 1910 et 1923.   - Credit:DR
Passionné de cinéma, Georges Clemenceau a écrit un roman et une pièce de théâtre qui ont donné lieu à trois films entre 1910 et 1923. - Credit:DR

« Voir ou ne pas voir, telle est la question ! » C'est en imitant Shakespeare, avec un accent qu'on imagine mélodramatique, que Georges Clemenceau résumait l'intrigue de sa pièce de théâtre Le Voile du bonheur, créée le 4 novembre 1901 sur la scène du théâtre de la Renaissance à Paris. Cette fable orientaliste mettant en scène un personnage de poète aveugle qui recouvre la vue grâce à un philtre magique, mais finit par se crever les yeux pour ne pas être confronté au spectacle d'un monde qui le déçoit, avait fait l'événement à l'époque. Au point que le cinéaste Albert Capellani (1874-1931) avait immédiatement proposé à son auteur d'adapter ce texte au cinéma.

 - Credit: ©  BNF
- Credit: © BNF

Affiche de la première version du Voile du bonheur de 1910, mis en scène par Albert Capellani. Abel Gance sera approché en 1919 pour en faire un remake. © BNF Interprété par la vedette du moment, Henry Krauss (1866-1935), habitué à donner la réplique à Sarah Bernhardt, ce personnage de mandarin désabusé recherchant la lumière, avant d'y renoncer, était-il un alter ego désabusé de Georges Clemenceau comme le suggérèrent alors certains critiques ? Ce personnage de Tchang est-il vraiment un double du Tigre ? Si l'homme politique, comme ce brave écrivain de Pékin, dut faire face en plusieurs occasions à la trahison de ses pairs, à l'Assemblée nationale comme au Sénat, il n'eut en revanche jamais à se plaindre de l'inconduite de sa femme ou de son fils comme dans ce scénario !

Une musique originale signée [...] Lire la suite