Publicité

Le clan Neymar aurait payé la caution de Dani Alves, libéré après sa condamnation pour viol

Neymar, un ami qui vous veut du bien. Dani Alves s’est une nouvelle fois tourné vers son ancien coéquipier au Barça et au Paris Saint-Germain pour obtenir sa libération, à en croire les informations de La Vanguardia. Selon le journal catalan, le clan Neymar aurait accepté de payer la caution de Daniel Alves pour obtenir sa libération.

Le tribunal de Barcelone a répondu favorablement ce mercredi à la demande de libération provisoire formulée par l’ancien joueur du Barça, condamné à quatre ans et demi de prison en février pour le viol d’une jeune femme en décembre 2022, moyennant le versement d’une caution fixée à un million d’euros.

Dani Alves s’était déjà tourné vers Neymar pour le paiement de ses frais d’avocat ainsi que le versement de l’indemnisation de la victime à hauteur de 150.000 euros. En attendant qu’un procès en appel puisse avoir lieu, c’est à l’air libre que Daniel Alves attendra la sentence définitive, lui qui était en détention provisoire depuis 14 mois et son incarcération dans le centre pénitentiaire Brians 2 en janvier 2023.

L'avocate de la victime dénonce "un scandale" organisé par "une justice pour les riches"

Mais cette liberté a un prix. Outre le million d’euros exigé par la justice, Dani Alves sera placé sous contrôle judiciaire et devra se présenter au tribunal une fois par semaine. La justice lui aussi retiré ses deux passeports, espagnol et brésilien, s’assurant ainsi qu’il ne puisse pas quitter le territoire, ce que craignait la justice espagnole. Il lui a été formellement interdit de se rapprocher à moins d’un kilomètre de la victime.

Dans son jugement rendu le mois dernier, le tribunal de Barcelone a estimé qu'il était prouvé que le footballeur avait "brusquement saisi" la femme, puis l'avait "jetée au sol et, l'empêchant de bouger, l'avait pénétrée par voie vaginale", bien que la victime ait "dit non, et qu'elle voulait s'en aller".

La décision de le remettre en liberté a provoqué la colère de la victime qui, par le biais de son avocate, a dénoncé un "scandale". Interrogée par la radio catalane RAC-1, Me Ester Garcia a tenté de mettre à mal "une justice pour les riches". "C'est un scandale qu'on laisse en liberté une personne alors qu'on sait qu'il peut rassembler le million d'euros en un rien de temps", s’est-elle emportée.

De son côté le parquet a également fait appel de la condamnation, réclamant une peine encore plus lourde que celle requise en premier lieu contre l’ancien footballeur.

Article original publié sur RMC Sport