Clémentine Autain se plaint de la privatisation de la SNCF, les internautes lui rappellent qu'elle est toujours publique

Le tweet de Clémentine Autain dans lequel elle affirme que la SNCF est privatisée - Clémentine Autain
Le tweet de Clémentine Autain dans lequel elle affirme que la SNCF est privatisée - Clémentine Autain

"Tout ça pour ça...". Ce dimanche, Clémentine Autain s'est plainte sur son compte Twitter d'un retard de "deux heures" de son train et a attribué ce problème à "la privatisation de la SNCF".

"Depuis la privatisation de la SNCF, on sait quand ça part, jamais quand ça arrive", a notamment écrit la députée insoumise.

Avant d'ajouter: "Depuis l'Angleterre de Thatcher, on sait comment ça finit: par une renationalisation."

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Réaction immédiate des internautes

Problème: la SNCF n'a pas été privatisée et des internautes n'ont pas manqué de le souligner. Plusieurs d'entre eux ont répondu au tweet de Clémentine Autain avec des captures d'écran de la page Wikipédia de la SNCF où l'on peut voir que l'État français est le seul actionnaire du groupe.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

D'autres se sont amusés de la sortie de l'élu insoumise, parodiant la célèbre introduction des albums d'Astérix et Obélix.

"Nous sommes en 2023 après Jésus-Christ, la SNCF est une entreprise 100% publique. Tout le monde le sait. Tout le monde? Non! Persuadée que la SNCF est privatisée, Clémentinotix résiste encore et toujours à la réalité", raille cet autre internaute.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cette affirmation erronée aura au moins permis au coup de gueule de la députée LFI d'être largement diffusé. Ce lundi à 10h45, le tweet de Clémentine Autain avait été vu plus d'1,3 million de fois.

Ce samedi, l'élue de Seine-Saint-Denis était à Toulouse pour tenir un meeting commun sur la réforme des retraites avec les quatre députés insoumis de Haute-Garonne, Christophe Bex, Hadrien Clouet, Anne Stambach-Terrenoir et François Piquemal.

Article original publié sur BFMTV.com