Publicité

Citroën refuse de lui payer un problème très courant sur son C4 Picasso !

Durant près de quatre années, Erwan, un fidèle lecteur originaire d'Eysines (33), était parfaitement satisfait de son Citroën Grand C4 Picasso 2.0 BlueHDi 150, acheté neuf fin 2016. Toutefois, dès septembre 2020, le monospace est victime d'un souci bien connu de cette génération : le train arrière grince. Lors d'un changement d'appui ou en montant sur un trottoir, le train arrière des Citroën C4 Picasso peuvent émettent un grincement agaçant. Pour y remédier, les ateliers peuvent injecter de la mousse dans la traverse. L'auto d'Erwan, qui n'a alors que 53 700 km, est confiée à un atelier officiel de la marque qui, comme le prévoit la procédure des Chevrons, injecte la mousse expansée dans la partie creuse de la traverse. Cette action règle le problème pendant un temps. Mais début 2023, le grincement fait sont retour et les bruits gênant réapparaissent. Erwan profite donc, à la fin de l'été dernier, du passage en révision pour signaler le défaut à son garage Citroën.

Jouer la montre

Cette fois-ci, l'unique solution proposée par la marque est de remplacer la traverse de suspension arrière. Non seulement cet élément est coûteux, avec un devis qui grimpe à 1 925 €, mais de plus le constructeur refuse d'accorder la moindre participation à son client ! En effet, selon Citroën, l'injection de mousse qui a été effectuée trois ans en amont a rempli son office. En outre, le Grand C4 Picasso d'Erwan a maintenant 6 ans et demi et affiche 83 000 km. Aux yeux de la marque, il est donc trop vieux et a trop roulé pour que sa...Lire la suite sur Autoplus