Citoyenneté. Les Émirats arabes unis vont naturaliser des résidents étrangers

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Abou Dhabi ouvre prudemment la porte à une naturalisation ponctuelle de résidents étrangers. Car l’éventualité d’un exode des meilleurs cadres fait craindre un affaiblissement durable de l’économie du pays. Mais la presse locale le rappelle : la perspective du précieux passeport n’enlève rien à l’obligation d’une allégeance sans faille au pays et à ses dirigeants.

Au moment où toutes les pétromonarchies cherchent à diminuer la part des résidents étrangers parmi leur population, l’annonce des Émirats arabes unis a de quoi surprendre. “Il sera désormais possible d’accorder la nationalité à certains résidents étrangers”, rapporte le quotidien émirati Emarat Al-Youm.

Ce sont pourtant les Émirats qui affichent le déséquilibre démographique le plus flagrant de la région, avec près de 90 % de résidents étrangers parmi leur population.

À lire aussi: Émirats. Une “carte en or” pour les cadres expatriés

Mais il ne faudra pas s’attendre à une grande vague de naturalisation. La mesure est plutôt réservée “aux investisseurs, aux personnes dotées de talents particuliers ou aux spécialistes tels que des scientifiques, médecins, ingénieurs, artistes ou intellectuels”.

“Le but est de garder les cerveaux qui ont contribué avec force à notre croissance, et d’en attirer d’autres”, ajoute le journal en citant l’homme fort d’Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed Al-Nahyan.

Les personnes qui auront été naturalisées ne seront pas obligées de renoncer à leur nationalité d’origine, précise le journal dubaïote Al Bayane. Qui plus est, elles pourront en faire bénéficier leur conjoint et leurs enfants.

Le processus de naturalisation se fera de manière discrétionnaire, “sur proposition des palais émiriens et des assemblées exécutives” d’un des sept émirats qui constituent la fédération.

“Un impact positif à long terme”

Les conditions sont draconiennes. Dans

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :