Une cinquantaine de femmes harcelées sur le réseau social Curious Cat

Margot Ruyter

Des dizaines de jeunes femmes menacées de mort et de viol sur le réseau social Curious Cat ont déposé plainte. Elles accusent le réseau social de ne pas modérer sa plateforme.

On peut y poser les questions que l’on souhaite. L’utilisateur n’a qu’à cliquer sur le bouton « Reply » (« répondre ») et donner la réponse de son choix à la question posée. La plateforme Curious Cat, fondée en 2016, d’apparence innocente, est devenue le théâtre de plusieurs dizaines de cas de harcèlement en ligne. Victimes de centaines de messages et questions à caractère sexuel ou morbide, une vingtaine de jeunes femmes ont porté plainte, rapporte « France inter », le 29 mai dernier. Face à l’inaction de la plateforme, une jeune femme identifiée sous le pseudonyme « naomypablo » a invité de nombreuses utilisatrices du réseau social à témoigner de leur calvaire, avec le hashtag « #ccabuse ». 

« J’ai des dizaines de messages comme ceux-ci. Les autorités ne font rien. Curious cat ne fait rien. On est plusieurs à être harcelées en toute impunité. Ça doit cesser. Je lance le #ccabuse [ndlr : « abuse » pour « abus » en français] », a-t-elle accusé sur Twitter, le 24 mai dernier. « Si vous en êtes victimes, utilisez le hashtag pour en parler et montrer vos captures, si vous êtes un proche, utilisez le hashtag pour partager et soutenir. Si vous découvrez, utilisez le hashtag pour dénoncer avec nous », ajoute-t-elle. Un hashtag auquel ont répondu des dizaines de jeunes femmes. « Curious Cat ne fait rien, la police ne fait rien, nous sommes une cinquantaine à recevoir les mêmes types de messages de menace de mort et...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Ce contenu peut également vous intéresser :