Publicité

Cinq questions pour comprendre les nouveaux moyens de paiement

Sans contact, biométrie, monnaie électronique : les paiements se dématérialisent et se diversifient de plus en plus. Avec quels impacts sur nos habitudes d'achat et quels risques de fraude ?

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°920, daté octobre 2023.

1. Comment la crise sanitaire a-t-elle transformé nos transactions ?

Payer sans contact, faire ses courses sur Internet, envoyer des virements électroniques… En moins de deux ans, la crise du Covid a bouleversé nos manières d'acheter, de payer et même de gérer notre argent. Le paiement sans contact ne représentait que 9 % des transactions par carte en 2019, selon la Banque de France. En 2022, 61 % des achats par carte se sont faits sans code confidentiel !

Plus restreints en volume, les paiements par mobile ont triplé entre 2020 et 2021. Cette dématérialisation au galop reconfigure nos habitudes sans pour autant chasser les espèces, toujours le mode privilégié de règlement en boutique. Selon une enquête de la BCE, les Français possèdent d'ailleurs en moyenne 61 euros en liquide le matin dans leur portefeuille…

2. Le "sans contact" va-t-il révolutionner nos achats en magasin ?

Ancien directeur de la Réserve fédérale américaine, Paul Volcker (1927-2019) se désolait en 2010 que la dernière grande innovation en date du secteur bancaire soit… le distributeur automatique de billets ! Il serait heureux de voir que tout s'est accéléré depuis, grâce notamment au paiement sans contact. Après les transports publics (où il se généralise à bord), le sans contact devrait d'ici cinq à dix ans faire disparaître une grande partie des caisses en magasin.

À la place, ce seront les smartphones des vendeurs qui scanneront les courses et encaisseront les paiements grâce à des logiciels dédiés, dits S-POS. Apple vient d'annoncer que tous ses appareils pourraient à terme se muer en terminaux de paiement. "Des expérimentations de caisses nomades ont déjà lieu en France, explique Romain Meggle, responsable du Lab Innovation by CB (cartes bancaires). Elles aident à juger de la fiabilité du système, mais aussi de l'acceptabilité auprès des usagers. "

30 % des Français disent conserver une réserve d’a[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr