Cindy Fabre, nouvelle directrice de Miss France, favorable à l'évolution des règles du concours

Cindy Fabre à Cannes 2009 - Anne-Christine Poujoulat / AFP
Cindy Fabre à Cannes 2009 - Anne-Christine Poujoulat / AFP

Cindy Fabre, nouvelle directrice du Comité Miss France, entend bien poursuivre la modernisation du célèbre concours de beauté et se dit favorable dans une interview accordée au Parisien à une évolution des règles.

"La société évolue et heureusement nous avec, pour conserver cette image de modernité! Tous les concours internationaux évoluent aussi, notamment sur l’âge, donc si on ne s’adapte pas, nous allons être défavorisés", assure-t-elle.

La nouvelle directrice ajoute, concernant notamment l'inclusion des personnes transgenres au concours: "Pour les transgenres, c’est un non-sujet. Il faut être une femme à l’état civil, le reste relève de l’intime, cela ne regarde personne."

Pour ce qui est de l'obligation d'être célibataire pour participer au concours, Cindy Fabre assure qu'il "y a toujours eu des Miss qui ont eu des copains mais qui le cachaient."

Un rôle de conseil

Sylvie Tellier va quitter l'organisation du concours après 17 ans en son sein. Elle conservera cependant un rôle de conseil jusqu'en décembre et assurera pour la dernière fois l'animation de la cérémonie sur TF1 aux côtés de Jean-Pierre Foucault.

Alexia Laroche-Joubert, nommée présidente de la société à l'automne 2021, sera désormais seule en charge de la direction de la société Miss France. Depuis son arrivée, elle a bien dépoussiéré le concours.

"Je n'ai plus envie d'être dans le Victoria's Secret, dans le tout cheveux, et le tout physique", avait-elle ainsi expliqué en décembre dernier sur BFMTV. Une Miss France, ce n'est pas une mannequin. C'est quelqu'un qui va au contact des Français, des officiels, (...) c'est quelqu'un qui doit véhiculer des valeurs auprès des jeunes filles".

Les récents concours régionaux ont ainsi vu des candidates un peu moins calibrées que d'habitude. Une candidate trans, Andréa Furet, 20 ans, s'est ainsi présentée à Paris, et une mère de famille de 27 ans, Victoire Rousselot, a concouru en Alsace. Exit les critères d'âge, et de célibat, seule demeure la condition de la taille

Cela suffira-t-il a convaincre l'association "Osez le féminisme!" qui estime que "ce concours sexiste renvoie les femmes à leur seul aspect physique" et dénonce chaque année une "caricature archaïque"?

Article original publié sur BFMTV.com