Cinéma : le top 10 de l’horreur et de l’épouvante en 2021

Par Marc Godin
·1 min de lecture
L'affiche du 28e Festival du film fantastique de Gérardmer.
L'affiche du 28e Festival du film fantastique de Gérardmer.

Pas de Vosges pour Gérardmer 2021 ! Messe annuelle des amateurs de frissons depuis 1994, le Festival international du film fantastique, habituellement niché dans la délicieuse station géromoise souvent enneigée à cette époque, débute ce mercredi pour une édition 100 % numérique, pour la première fois de son histoire. Son président, cette année : le réalisateur Bertrand Bonello, chargé de diriger un jury virtuel dans un contexte pandémique digne d'un (mauvais) film catastrophe. Malgré les salles fermées, les tournages arrêtés et des conséquences apocalyptiques pour le 7e art, le fantastique n'a pourtant jamais semblé aussi vivant, aussi vivace, et le directeur du festival, Bruno Barde, a visionné pas moins de 300 films pour établir sa sélection. On sait que les périodes troublées engendrent l'horreur et les monstres (notamment pendant les années 1930 avec les classiques de Universal, dont Dracula ou Frankenstein) et que les spectateurs ont besoin plus que jamais d'oublier leur triste quotidien, d'exorciser leurs angoisses, de hurler devant un écran, qu'il soit petit ou grand.

Avant même la crise sanitaire, la couleur apocalyptique de ces récentes années a probablement nourri de nouveaux auteurs, de nouvelles approches, de nouveaux thèmes, pour de nouveaux médias. De puissantes ?uvres telles que Hérédité, It Follows, Get out, The Witch ou encore Midsommar, pour n'en citer qu'une poignée, ont ainsi rassuré sur la santé toujours impressionnante du genre. Pour s [...] Lire la suite