Publicité

La CIJ ordonne à Israël d'empêcher tout acte de "génocide" à Gaza

Le ministère de la santé du Hamas, a déclaré que** 26 083 personnes ont été tuées et plus de 64 400 blessées depuis le 7 octobre,** jour où des militants du territoire ont lancé une attaque surprise dans le sud d'Israël, tuant environ 1 200 personnes et prenant en otage quelque 250 personnes.

L'Afrique du Sud a accusé Israël de génocide et a demandé à la Cour mondiale de La Haye, aux Pays-Bas, d'imposer des mesures provisoires dans le cadre de l'affaire. Les mesures demandées consistaient notamment à ordonner à Israël d'arrêter son offensive, de permettre aux habitants de Gaza d'accéder à l'aide humanitaire et de prendre des "m_esures raisonnables_" pour empêcher un génocide.

Israël a nié avoir commis un génocide et a demandé à la Cour de se dessaisir de l'affaire, ce que le panel de 17 juges a refusé de faire.

Une décision favorablement accueillie

En Cisjordanie occupée, à Ramallah, les autorités palestiniennes ont accueilli favorablement cette décision provisoire de la Cour internationale ordonnant à Israël de punir et de prévenir un génocide dans sa guerre contre le Hamas dans la bande de Gaza.

L'ordonnance rendue vendredi par la Cour internationale de justice a été considérée comme une réprimande écrasante de la conduite d'Israël dans la guerre, qui en est à son quatrième mois. La Cour a ordonné à Israël de présenter un rapport dans un mois pour montrer qu'il s'est conformé à l'arrêt de la Cour.

"Les États ont désormais l'obligation juridique claire de mettre fin à la guerre génocidaire d'Israël contre le peuple palestinien à Gaza et de s'assurer qu'ils ne sont pas complices", a déclaré le ministère palestinien des affaires étrangères dans un communiqué.

L'ordonnance de la Cour mondiale "devrait servir de signal d'alarme pour Israël et les acteurs qui ont permis son impunité", a déclaré le ministère, qui fait partie de l'Autorité palestinienne, un gouvernement autonome de la Cisjordanie occupée par Israël.

L'Autorité palestinienne et le Hamas, un groupe militant islamique qui dirige la bande de Gaza depuis 2007, sont des rivaux politiques acharnés.

Israël a nié avec véhémence les allégations selon lesquelles il aurait commis un génocide à Gaza.

La demande d'Israël rejetée

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu'Israël continuerait à faire "ce qui est nécessaire" pour se défendre après que la plus haute juridiction de l'ONU a rendu un arrêt critiquant sévèrement la guerre d'Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza.

La Cour internationale de justice, dont le siège est à La Haye (Pays-Bas), a pris six mesures provisoires à l'encontre d'Israël, alors qu'un panel de 17 juges examine les accusations de génocide portées contre le pays par l'Afrique du Sud.

Vendredi, la Cour a rejeté la demande d'Israël de se dessaisir de l'affaire. Benjamin Netanyahu a rejeté les accusations de génocide en les qualifiant de "scandaleuses" et s'est engagé à poursuivre la guerre.

"Nous continuerons à faire ce qui est nécessaire pour défendre notre pays et notre peuple", a-t-il déclaré."

"L'engagement d'Israël envers le droit international est inébranlable. Notre engagement sacré à continuer de défendre notre pays et notre peuple est tout aussi inébranlable", a ajouté le dirigeant israélien.