Publicité

La Ciivise « va continuer », assure le gouvernement malgré le départ de ses dirigeants Boueilh et Rey-Salmon

La Ciivise « va continuer », assure le gouvernement malgré le départ de ses dirigeants Boueilh et Rey-Salmon (Photo prise lors d’une réunion publique de la Ciivise en septembre 2022)
JULIEN DE ROSA / AFP La Ciivise « va continuer », assure le gouvernement malgré le départ de ses dirigeants Boueilh et Rey-Salmon (Photo prise lors d’une réunion publique de la Ciivise en septembre 2022)

INCESTE - Ce n’est pas la fin pour la Ciivise. La Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise) fragilisée après le départ de ses dirigeants quelques jours seulement après la reprise de ses travaux, « va continuer », a assuré dimanche la ministre Aurore Bergé.

Ces anciens membres de la Ciivise dénoncent le « gâchis » de la nouvelle version de l’institution

« Il n’y a pas d’arrêt de la Ciivise (...) Oui ça va continuer », a déclaré la ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations sur Radio J.

La commission n’est pas formellement dans le périmètre d’Aurore Bergé mais dans ceux de Catherine Vautrin, ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités et de Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et des Familles.

Discuter des suites à donner à la commission

À la suite de la démission du président de l’instance jeudi soir, le ministère de la Santé avait affirmé vouloir réunir « dans les prochaines semaines les acteurs du secteur pour étudier les suites à donner à la commission ».

La Ciivise a été lancée en mars 2021, dans le sillage de la publication du livre de Camille Kouchner, « La Familia grande », qui dénonce l’inceste commis sur son frère par le politologue Olivier Duhamel.

Pendant près de trois ans, elle a dévoilé les mécanismes de l’inceste, ses effets destructeurs à vie sur les victimes et son coût pour la société, un travail salué par de nombreux acteurs de la société.

« Calomnies » et dépôts de plainte

Le gouvernement avait annoncé en décembre son maintien, mais en écartant Edouard Durand, un juge des enfants médiatique qui avait inlassablement dénoncé les dysfonctionnements de la justice. Il a renouvelé sa feuille de route et changé son équipe dirigeante.

Quelques jours seulement après la reprise de ses travaux, celle-ci se retrouve cependant décimée suscitant des doutes sur l’avenir de la commission. Outre le départ de son président, Sébastien Boueilh, qui estime être la cible de « calomnies », la vice-présidente, Caroline Rey-Salmon, a été contrainte de se mettre en retrait après le dépôt d’une plainte pour agression sexuelle

Interrogée sur Radio J, Aurore Bergé a salué le « rôle déterminant », le « travail remarquable » et l’« engagement sincère » du juge Durand dans la première mouture de la Ciivise.

À voir également sur Le HuffPost :

Inceste : Ces expertes de l’ONU dénoncent l’incapacité de la France à protéger les victimes

Neuf membres de la Ciivise démissionnent et dénoncent la « mort » de la commission