Les cigarettes électroniques, dangereux propagateurs du Covid-19 ?

Johanna Amselem
·2 min de lecture

Une étude a révélé que les vapoteurs infectés par le virus transmettaient davantage la maladie en utilisant leur cigarette électronique.

Une étude menée par des experts du Mexique, d'Italie et de Nouvelle-Zélande s’est intéressée au rôle que pouvait jouer la cigarette électronique dans l’épidémie de Covid-19. Lors de cette enquête, les chercheurs ont rapporté les vapoteurs infectés par le nouveau coronavirus sont jusqu'à 17% plus susceptibles de propager le virus que les autres.

Pour déterminer la différence de risque de transmission entre les différents types de respiration, les scientifiques ont pris en compte le volume d'air et de gouttelettes dans chaque respiration, la distance que l'air pouvait parcourir et la charge virale possible. Ils ont découvert que les bouffées de faible intensité provenant d'individus infectés entraînaient un "minuscule risque de contagion supplémentaire", augmentant d'1% le risque les autres contractent le virus. La fumée de la cigarette électronique pourrait transporter jusqu'à 1000 gouttelettes sur deux mètres. Les auteurs de cette étude assurent que le risque lié au vapotage était de "de faible intensité". Toutefois, les chercheurs précisent que le risque de propagation reste inférieur à la parole ou au fait de tousser.


VIDÉO - Cigarettes électroniques : l'avertissement de l'OMS


Cette recherche, relayée par le Daily Mail, a révélé que le virus pouvait se propager jusqu'à deux mètres. Pour limiter au maximum la propagation de l’épidémie, les experts recommandent alors aux vapoteurs de ne pas fumer aux arrêts de bus, dans une file d’attente ou dans les lieux publics. Pour le moment, cette étude a été publiée sur MedRxiv n’a pas été examinée par des professionnels de santé ni confirmée par les scientifiques.

La quantité de virus modélisée

L'équipe n'a pas comparé le vapotage à la cigarette réelle, mais a déclaré que "la plupart des résultats que nous obtenons sont applicables aux exhalaisons de fumée traditionnelle" émise par les fumeurs. Dans cette étude, les scientifiques ont modélisé la quantité de virus pouvant être transportée par les nuages de vapotage de faible et de haute intensité.

Comme le rappelle cette étude, le Covid-19 est connu pour se propager dans l'air lorsque les gens expirent, parlent, toussent ou éternuent, et plus il y a d'air expulsé, plus le risque est élevé. En janvier dernier, une étude affirmait que le tabagisme doublait le risque de développer un cas grave de la maladie. Cette recherche rapportait que les fumeurs étaient 14% plus susceptibles de présenter les trois principaux symptômes du coronavirus: fièvre, toux persistante et essoufflement.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :