Cigarette électronique: les adolescents qui vapotent plus à risque de fumer des cigarettes

Cigarette électronique: les adolescents qui vapotent plus à risque de fumer des cigarettes

Les adolescents adeptes de la cigarette électronique ont cinq fois plus de risques que les autres de se tourner vers les cigarettes classiques selon des chercheurs anglais.

Récemment, le Baromètre de Santé publique France révélait qu’en 2017 32,8 % des 18‑75 ans avaient déjà expérimenté la cigarette électronique. Dans un même temps, la quasi-totalité des vapoteurs du même âge ont tous eu au moins une expérience avec le tabac comme fumeurs actuels ou ex‑fumeurs. Alors, les adolescents vapoteurs ont-ils davantage de risque de fumer des cigarettes ? Pour les chercheurs de l’université de Bristol (Royaume-Uni), la réponse est sans appel comme l’explique le Daily Mail.

Leur étude révèle que les adolescents qui utilisent des cigarettes électroniques sont près de cinq fois plus susceptibles de fumer du tabac plus tard dans leur vie. Pour les scientifiques, le vapotage constitue donc une véritable passerelle vers la cigarette classique. Afin de parvenir à ces résultats, les chercheurs ont analysé les résultats de 17 études différentes. Ces multiples recherches incluaient des jeunes de moins de 30 ans vivant au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, aux Pays-Bas, au Canada, en Allemagne et au Mexique. Précisément, ceux qui vapotent ont un risque augmenté de 4,6 fois par rapport aux jeunes qui n’avaient jamais expérimenté la cigarette électronique. Cités par le journal anglais, les chercheurs alertent même sur la situation au Royaume-Uni. Après une baisse généralisée du tabagisme dans le pays, la banalisation de la cigarette électronique semble avoir “créé une nouvelle génération de fumeurs”. Et, selon eux, l’effet est encore plus important chez les moins de 18 ans.

Des comportements à risque

Comment expliquer cette corrélation ? “À l'adolescence, la prise de risque est courante et la prise de décision pour les comportements à risque pour la santé est influencée par les pairs, les influences de la société et la surveillance parentale”, suggèrent les chercheurs dans la revue Tobacco Control. Et de poursuivre ensuite : “Il existe des voies de causalité plausibles comme la dépendance à la nicotine, des actions similaires (comme la main portée à la bouche) pour les deux comportements”.

En juin dernier, l’agence sanitaire française rapportait que 700 000 fumeurs avaient écrasé leur dernière cigarette, entre 2010 et 2017, grâce à la cigarette électronique.