La CIA aurait envisagé d’assassiner Julian Assange

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Plusieurs hauts responsables, membres des services secrets américains, auraient sérieusement envisagé de tuer Julian Assange.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En 2017, Mike Pompeo, alors directeur de l'agence de renseignements, aurait envisagé d'assassiner Julian Assange, relatent le « Guardian » et Yahoo News.

Cela ressemblerait presque à un mauvais épisode de série d'espionnage. Plusieurs hauts responsables, membres des services de renseignements américains, auraient sérieusement envisagé de tuer Julian Assange. Les faits, révélés par Le Guardian et Yahoo News se seraient déroulés en 2017, alors que le fondateur de WikiLeaks était réfugié au sein de l'ambassade d'Équateur, située à Londres. En cause : la publication par WikiLeaks de Vault 7, une série de documents et logiciels de piratage de la CIA. Un événement qui a constitué, pour l'agence de renseignements, une conséquente perte de données.

Or, les responsables impliqués, parmi lesquels figurait Mike Pompeo, alors directeur de la très célèbre agence de renseignements, « planaient, tellement ils étaient embourbés dans [l'affaire] Vault 7. Ils voulaient voir du sang », confie à Yahoo News un ex-responsable de la sécurité sous la présidence de Donald Trump.

« Il semblait n'y avoir aucune limite »

L'enquête menée par les deux sites d'information se base sur une trentaine de témoignages d'anciens responsables du renseignement américain. Lesdits responsables auraient exigé plusieurs « croquis » et « options » pour assassiner Julian Assange, selon les termes employés par les témoins. Un ancien haut responsable de la lutte antiterroriste va jusqu'à affirmer à Yahoo News : « Il semblait n'y avoir aucune limite. »

À LIRE AUSSI « Le combat de Julian Assange n'est ni de gauche ni de droite »

Selon le Guardian, la CIA a refu [...] Lire la suite

VIDÉO - Assange : la justice britannique élargit le champ de l'appel américain contre le refus d'extradition

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles