Publicité

"Quelque chose de vraiment fou", McCourt explique pourquoi il a acheté l’OM

Critiqué pour son silence, sa gestion lointaine et récemment invité au départ par les supporteurs de l'OM, Frank McCourt est revenu sur le devant de la scène aux Etats-Unis. L'homme d'affaires américain, propriétaire de l'OM depuis 2016, était invité sur NBC vendredi dernier pour parler de son projet Liberty à 500 millions de dollars "visant à réimaginer le fonctionnement d'Internet et à reprendre le contrôle de notre personnalité et de nos données sur Internet auprès des machines de grande technologie", a-t-il confié.

"Si vous voulez voir quelque chose de vraiment fou, allez au football européen"

McCourt a brièvement évoqué son implication au club en citant son amour pour le sport et la "folie" du football européen comme motifs de son arrivée sur la Canebière il y a bientôt huit ans. Mais il n'est pas entré dans les détails de l’état de son projet olympien, encore moins sur les rumeurs d'une possible vente.

"Je ne sais pas ce que l'avenir me réserve, mais je peux vous dire que je suis un grand fan de sport et un grand sportif, et cela a été une grande partie de ma vie et maintenant, en tant que père de sept enfants, c'est une grande partie de la vie de mes enfants", explique-t-il. "J'aime ce que le sport signifiait pour moi et ce qu'il a fait pour moi en grandissant, à la fois en y participant, puis en allant et en soutenant, vous savez, les équipes de ma ville natale. La poursuite des Red Sox (franchise de baseball de Boston, sa ville natale, NDLR), qui n'a pas abouti, a conduit à la propriété des Dodgers (franchise de baseball de Los Angeles), qui a maintenant conduit à la propriété de Marseille dans le football européen, qui, si vous voulez voir quelque chose de vraiment fou, allez au football européen."

L’homme d’affaires américain a alors expliqué les raisons qui l’ont poussé à devenir propriétaire du club en le rachetant à Margarita Louis-Dreyfus. "Après avoir vendu les Dodgers, j’ai réalisé ce rêve d’enfant", explique-t-il. "Je me suis un peu dit, si jamais j'achète une autre équipe, ce sera dans le football européen. Non seulement c'est le sport le plus important au monde, mais c'est aussi le sport qui touche tout le monde, partout. Le baseball est un sport fantastique, un sport avec lequel j'ai grandi, mais c'est vraiment le passe-temps national de l'Amérique et il touche certaines parties de l'Amérique du Sud et certaines parties de l'Asie. Mais ce n’est pas un sport mondial en soi."

"Le football européen regroupe les meilleurs athlètes de ce sport et j'étais donc très attiré par cela d'un point de vue sportif", conclut-il. "Posséder une équipe sportive vous donne accès et vous connecte à de nombreuses autres personnes et lieux, car vous réalisez que le sport continue d'être l'une des choses qui nous aident à construire une communauté et à nous connecter avec d'autres personnes. Vous pouvez monter dans une voiture dans n'importe quelle ville et demander au conducteur quel est son club de football préféré et vous serez dans une conversation et vous aurez quelque chose en commun."

Article original publié sur RMC Sport