Publicité

Le chorégraphe Bruno Vandelli visé par une enquête après la plainte pour viol de Yanis Marshall

La Police judiciaire de Nice va enquêter sur le danseur et chorégraphe Bruno Vandelli, suite à la plainte de Yanis Marshall.

Après la plainte, l’enquête. Visé par une plainte pour « viol aggravé, agression sexuelle aggravée et corruption de mineur », le danseur Bruno Vandelli, est désormais au coeur d’une enquête préliminaire. Elle a été ouverte par le parquet de Grasse (Alpes-Maritimes) la police judiciaire a été chargée d’enquêter sur le chorégraphe ce vendredi 26 janvier. La plainte en question avait été déposée par Yanis Marshall, ancien professeur de l’émission « Star Academy », qui accuse le chorégraphe d’avoir abusé de lui quand il avait 14 ans.

« La honte doit changer de camp, de 1990 à 2023 tu as fait beaucoup trop de victimes. Ça suffit. STOP », avait-il posté sur Instagram lundi 22 janvier. Confiante, son avocate, Maitre Kaltoum Gachi, a déclaré ce vendredi que « cela va être aux enquêteurs de procéder aux actes d’investigations qu’ils estiment utiles », auprès de France 3 Provence Côte d’Azur.

Bruno Vandelli, qui rejette les accusations depuis le départ, évoquant une « histoire d’amour sans aucune violence », a vivement réagi sur son compte Instagram vendredi 26 janvier, visant directement Yanis Marshall. « Tu vas comprendre que tes menaces, tes accusations et beaucoup de choses que tu caches dans tes zones sombres vont devoir faire face à tes mensonges et ta réalité inventée », a-t-il écrit dans une story éphémère sur Instagram. Il assure ensuite qu’ « il y a des preuves, des témoins, des écrits, de la subordination de témoins » et déplore des accusations sans preuves.

Une défense qu’il a répétée au micro de BFM Nice Côte d’Azur vendredi après-midi, assurant être « innocent » et n’avoir « jamais eu de relation avec Yanis Marshall étant mineur ».

Selon France 3 Provence Côte d’Azur et BFM, Bruno Vandelli sera par ailleurs jugé dans une autre affaire de « corruption de mineur par une personne mise en contact avec la victime par un réseau de communications électroniques », devant le tribunal correctionnel de Grasse le 17 avril prochain. Il assure ne pas connaître la personne qui a porté plainte, et précise : « il n’y a jamais eu de contact physique, c’est une relation virtuelle. C’est une histoire de vidéo ».

À voir également sur Le HuffPost :

Affaire Gérard Depardieu : la plainte pour agression sexuelle de l’actrice Hélène Darras classée sans suite

Affaire Nicolas Bedos : Pauline Desmonts, sa compagne, défend l’acteur face aux accusations d’agression sexuelle

VIDÉO - La mère de Yanis Marshall révèle ce qu'elle a dit a Bruno Vandelli quand elle a compris ce qu'il s'était passé, dans TPMP