Publicité

Chlamydia, syphilis... Une flambée d'Infections sexuellement transmissibles en Europe inquiète

Des hausses de cas qui varient de +16% à +48% en 2022 selon les infections. Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies appelle à accroître la prévention.

La hausse du nombre de cas en 2022 varie de +16% à +48% / Getty Images
La hausse du nombre de cas en 2022 varie de +16% à +48% / Getty Images

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) tire la sonnette d'alarme. Dans son dernier rapport annuel, l'ECDC rapporte qu'en 2022, les cas de chlamyydia ont augmenté de 16%, pour atteindre 216 508 cas, ceux de syphilis accusent une hausse de 34% (35 391 cas) et ceux de gonorrhée ont bondi de 48%, avec 70 881 cas dans l'Union européenne.

Une "augmentation aussi stupéfiante qu'inquiétante", a estimé Andrea Ammon, la directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies qui a par ailleurs souligné qu'elle était probablement sous-estimée. "Ces chiffres, bien qu'importants, ne représentent probablement que la partie émergée de l'iceberg", a-t-elle ainsi déclaré.

Une hausse en France également

Une sous-estimation que la directrice de l'ECDC attribue tant aux différences dans les pratiques de dépistage mais aussi d'accès aux services de santé sexuelle dans les 27 pays couverts par l'agence.

Dans l'Hexagone, selon Santé Publique France, les diagnostics d’infection à chlamydia, de gonococcies et de syphilis augmentent ces dernières années. Concernant la chlamydia, le taux d'incidence augmente depuis 2014 et est désormais plus élevé chez les hommes (103 cas pour 100 000 habitants) que chez les femmes (88 cas pour 100 000 habitants), parmi lesquelles il se stabilise.

La syphilis en hausse de 27% par rapport à 2019

Concernant les infections à gonocoque, vus en consultation de médecine générale en métropole, on relève 29 300 cas en 2022, alors que l’incidence estimée était en 2021 de 21 750 cas, les hommes représentants trois-quarts des cas dépistés.

Enfin, la syphilis a également enregistré une hausse en France en 2022 selon Santé Publique France. Le nombre de personnes de 15 ans et plus diagnostiquées pour une syphilis au moins une fois dans l’année en secteur privé a été estimé à environ 6 000, soit une augmentation de 27% par rapport à 2019. Le taux d’incidence atteint 10 pour 100 000 personnes âgées de 15 ans et plus, en augmentation depuis 2020, et de façon plus marquée en 2022, en particulier chez les hommes, les plus touchés par cette IST. Les 26-49 ans présentent le taux d'incidence le plus élevé.

L'ECDC appelle à améliorer la prévention

Face à cette "augmentation inquiétante" des IST en Europe, l'ECDC appelle dans un communiqué à "un besoin urgent de sensibiliser à la transmission des IST et une nécessité d'améliorer la prévention, l'accès au dépistage et les traitements efficaces pour relever ce défi de santé publique".

Autre piste, "mettre la priorité sur l'éducation sexuelle, élargir l'accès aux services de dépistage et de traitement et lutter contre la stigmatisation associée aux IST", a insisté Andrea Ammon dans le communiqué, avant d'ajouter qu'il faut encourager l'utilisation systématique du préservatif lors de rapports sexuels pour réduire la transmission de ces infections.

Comment se faire dépister ?

Comme le rappelle service-public.fr, votre médecin généraliste ou votre gynécologue peuvent vous conseiller et vous prescrire un test de dépistage des IST. Selon l'infection, différents types d'examens peuvent permettre le dépistage et le diagnostic : un examen clinique des organes génitaux, un prélèvement local ou cultures ou une prise de sang.

Le dépistage peut se faire dans les laboratoires ou dans les centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (CEGIDD). La loi prévoit le remboursement du dépistage d'autres IST que le VIH sans ordonnance et leur prise en charge intégrale pour les moins de 26 ans.