Chine : elle achète et libère 12,5 tonnes de poissons-chats pour se porter chance

Une Chinoise a libéré 12,5 tonnes de poissons-chats pour s'attirer la bonne fortune - Getty Images (Getty Images)

Une Chinoise habitant la province de Jiangsu a acheté 12,5 tonnes de poissons-chats et les a libérés dans un lac afin de s’attirer la bonne fortune. Les autorités ont mis dix jours à retirer tous les cadavres des animaux, tous morts suite à l’opération.

La religiosité et la superstition nous poussent parfois à des comportements étranges. En Chine, une femme appelée Xu a ainsi acheté 12,5 tonnes de poissons-chats pour la somme de 90 000 yuans, soit environ 12 400 euros, afin de les relâcher dans un grand lac de la région du Jiangsu, rapporte le journal Southern China Morning Post. Les animaux sont morts après avoir été libérés et ont dû être ramassés par les autorités locales.

Malgré ce qu’ils pourraient laisser penser, les actes de Xu n’ont rien d’écologique. Il s’agit en fait d’une tentative de réaliser un rituel bouddhiste appelé localement le fangsheng qui consiste à libérer des animaux en captivité. Cette action, jugée comme bénéfique pour le karma de celui qui la réalise, est censée attirer la bonne fortune sur ce dernier et sur ses proches. Dans l’affaire en question, on ne peut toutefois pas dire que cela ait fonctionné puisque la justice chinoise s’est emparée de l’affaire.

"J’ai fait quelque chose de bien. Pourquoi devrais-je payer pour cela ?"

Cette énorme quantité de poissons, dont il semble qu’ils soient tous morts sans exception, a en effet attiré l’attention des autorités locales. Ces dernières ont donc ouvert une enquête qui les a conduit à Xu et à l’homme qui lui a vendu les poissons. Ils ont tous les deux été condamnés à une amende 90 000 yuans bien qu’ils se disent innocents. "J’ai fait quelque chose de bien. Pourquoi devrais-je payer pour cela ?", a ainsi déclaré l’autrice des faits auprès des journalistes du Southern China Morning Post.

Un phénomène qui prend de l’ampleur

Devenu très populaire en Chine, le fangsheng a provoqué plusieurs cas similaires à travers l’Empire du milieu. Au point qu’il s’est développé un véritable commerce pour lequel des animaux sont capturés dans leur habitat puis revendus pour être libérés. Seul problème, il s’agit souvent d'espèces invasives pouvant provoquer de véritables drames écologiques locaux. Ainsi, en septembre, un homme a dépensé près de 4 000 euros dans un marché aux poissons local pour libérer 10 poissons-chats nettoyeurs, 10 tortues et plus de 10 kg de loches dans un réservoir. Il lui a été ordonné de capturer les poissons-chats qui sont considérés comme extrêmement invasifs.

VIDÉO - Un poisson reconduit sa copine jusque chez elle en nageant