Le chiffre du jour. Le déminage du Haut-Karabakh prendra des décennies

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

La surface totale des territoires qui restent à déminer au Haut-Karabakh arménien et dans les territoires adjacents, après trente ans de conflit avec l’Azerbaïdjan, est gigantesque.

17 636 470 m2 doivent être déminés dans la partie arménienne du Haut-Karabakh et dans les territoires adjacents. Une surface répartie dans 120 zones dans les régions de Siounik (sud de l’Arménie), Tavouch, Vaiots Dzor et Guegharkounik, rappelait le site Sputnik Armenia le 4 avril, Journée internationale de la sensibilisation au problème des mines et de l’assistance à la lutte antimines.

“Chaque année, le Centre de déminage humanitaire d’Arménie informe 10 000 personnes, dont les écoliers, sur les règles de sécurité”, rapporte le site. La couverture s’élargit : en 2021, 40 000 personnes se verront dispenser ce stage. Le Centre envisage en outre d’apprendre aux habitants de ces zones à porter les premiers secours.

À lire aussi: Caucase du Sud. Les réfugiés azéris ne veulent pas retourner vivre au Haut-Karabakh

Le déminage avance. Depuis la fin de la deuxième guerre du Haut-Karabakh (27 septembre-10 novembre 2020), les Casques bleus russes avaient, à la fin mars, libéré des mines et autres engins non explosés 1 873 hectares de terrains (côté arménien et côté azerbaïdjanais), 575 km de routes et 1 658 maisons, rapporte le site arménien Aysor.am. En tout, 25 379 objets ont été mis hors d’état de nuire dans la partie arménienne du Haut-

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :