Publicité

Les chiens exposés à la fumée de cigarette sont plus susceptibles de développer un cancer, selon cette étude

Une étude américaine révèle un lien entre tabagisme passif et risque de cancer plus fort chez les animaux, comme c’est le cas pour les humains.

Tout comme les humains, les chiens peuvent être exposés à la fumée de la cigarette.
Digital Vision. / Getty Images Tout comme les humains, les chiens peuvent être exposés à la fumée de la cigarette.

SANTÉ - Le tabagisme passif n’affecte pas que les humains. C’est ce que révèle une étude publiée dans le Veterinary Journal, effectuée sur des terriers écossais. « Les terriers écossais exposés à la fumée de cigarette à la maison avaient six fois plus de risques de développer un cancer de la vessie que leurs congénères vivant dans des maisons non fumeuses », soulignent les chercheurs américains.

C’est à l’Université de Purdue (dans l’Indiana), qu’une équipe a suivi 120 terriers écossais pendant trois ans. Cette race a été sélectionnée car elle est connue pour avoir un taux de cancers de la vessie 20 fois plus élevé que la moyenne des autres chiens.

« Si nous avions réalisé cette étude avec des chiens de races mixtes, il aurait fallu des centaines et des centaines de chiens pour découvrir ce même risque, qui existe probablement, mais qui est plus difficile à discerner parce que ces chiens ne sont pas déjà génétiquement enclins à développer un cancer de la vessie », explique Deborah Knapp, vétérinaire qui a dirigé l’étude, dans un article publié par l’université.

Six fois plus de risque de développer un cancer

Les chercheurs ont analysé l’urine des chiens à la recherche d’un métabolite de la nicotine, la cotinine, qui indique une exposition à la fumée de cigarette. Lorsqu’un chien (ou un humain) est exposé à la fumée de tabac, soit en la respirant, soit en étant en contact avec des vêtements qui en sont imprégnés, son organisme en absorbe les substances chimiques et les élimine par l’urine.

« Les chiens ont pu être exposés à la fumée exhalée et la fumée émise par la cigarette allumée, ainsi qu’à la fumée tertiaire constituée de particules qui se déposent et s’accumulent au fil du temps sur les meubles, les tapis, les rideaux, etc. », expliquent les chercheurs.

Les résultats montrent que les terriers écossais qui vivaient dans des foyers de fumeurs étaient six fois plus susceptibles de développer un cancer que les autres. Sept des 32 chiens atteints d’un cancer de la vessie pendant la durée de l’étude vivaient avec des fumeurs.

Arrêter de fumer ou fumer à l’extérieur

Bien entendu, tous les chiens qui ont côtoyé des fumeurs n’ont pas développé un cancer, et certains chiens qui n’ont pas été exposés à la fumée ont tout de même développé un cancer. Comme il en va de même chez l’homme. Mais le risque est plus fort.

« L’association entre l’exposition à la fumée et le risque de cancer n’est pas une surprise. Le tabagisme est un facteur clé de la moitié des cas de cancer chez l’homme, augmentant le risque de trois à quatre fois par rapport aux non-fumeurs », rappelle l’étude.

Certains chiens présentaient également de la cotinine dans leur urine alors que leurs propriétaires ne fumaient pas. Les chercheurs estiment que le chien avait pu être exposé en dehors de la maison ou que ses maîtres aient pu visiter des endroits où d’autres personnes fumaient et qu’ils soient rentrés chez eux avec de la fumée sur leurs vêtements.

Les chercheurs conseillent, pour réduire l’exposition des animaux, d’arrêter de fumer ou de fumer à l’extérieur, et de changer de vêtements avant de câliner son chien.

« Nous espérons que les propriétaires d’animaux retiendront de cette étude que s’ils peuvent réduire l’exposition de leurs chiens à la fumée, cela peut être bénéfique pour la santé de ces derniers, souligne Deborah Knapp. Nous espérons qu’ils arrêteront complètement de fumer, à la fois pour leur santé et pour continuer à être présents pour leurs chiens, mais toute mesure visant à éloigner la fumée des chiens sera utile. »

VIDÉO - À 13 ans, il guérit d'un cancer au cerveau