Publicité

Chiens d'avalanche, les héros de la montagne : la chronique de la vétérinaire Laetitia Barlerin

Grâce à leur flair exceptionnel, les chiens sont capables de repérer une victime à plusieurs mètres sous la neige. Ils sont parmi les premiers à être mobilisés lors d'une avalanche, car le fac-teur temps est essentiel. Après 18 minutes, les chances de survie d'une personne ensevelie chutent de plus de 60 %. Or, sur un hectare, un chien seul réalise en 20 minutes le travail de 20 pisteurs en 20 heures !

Les bergers en tête

La France compte environ 300 chiens d'avalanches, tous des mâles, dont une soixantaine appartenant à la Gendarmerie nationale et aux CRS. Les autres sont des chiens de sapeurs-pompiers ou de professionnels de la montagne, comme les pisteurs secouristes, formés dans le cadre de la Sécurité civile. Les bergers (allemands, belges, australiens), les labradors et les golden retrievers sont les plus utilisés, car ils allient robustesse, endurance, flair et tempérament joueur, des qualités requises pour le « job ». Le bon saint-bernard, trop lourd et trop placide, est hors jeu.

Stimulés par le jeu

Leur formation dure deux ans et débute dès l'âge de 9 mois. Elle repose sur le jeu et la motivation. « Je cherche, je trouve, je joue » est le leitmotiv. Au départ, le chien apprend par des exercices, à la maison : s'il trouve une personne cachée, il est récompensé par son jouet préféré. Puis, viennent les séances in situ, où il apprend à quadriller une surface donnée, à détecter les odeurs sous le manteau neigeux, à « marquer » (aboyer), puis à gratter le sol, jusqu'à atteindre la personne ensevelie et la dégager par la manche.

Des chiens d'élite

Après une avalanche, l'une des difficultés est la contamination de la zone de recherche par les odeurs d'objets, de personnes et d'engins. Le chien doit se concentrer pour discriminer les odeurs et suivre une vraie piste en un temps record. C'est un athlète, qui s'entraîne chaque hiver avec son coéquipier humain et doit être à l'aise partout en montagne. Héliportage, descente sur les épaules de son maître à skis, évolution rapide et sans peiner dans la poudreuse constituent son quotidien. Le binôme doit être prêt à intervenir 24 h/24.

Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches</...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi