Les chiens sont capables de sentir le stress d'une personne avec une précision incroyable

Pixabay

Une étude irlandaise révèle avec quelle précision des chiens sont capables de renifler, dans des échantillons de sueur et d'air expiré, le stress d'une personne.

De précédentes études suggéraient déjà que, grâce à leur odorat, les chiens sont capables de détecter lorsqu'un humain est stressé. Mais fournir une évaluation précise de cette capacité nécessite un protocole rigoureux afin de savoir jusqu'à quel point ces animaux distinguent l'odeur d'une personne lorsqu'elle est normale et lorsqu'elle est anxieuse. Une étude de l'Université Queen's de Belfast (Irlande du Nord), publiée le 28 septembre 2022 dans la revue Plos One, livre des résultats particulièrement intéressants et précis.

Quand le stress se révèle dans l'haleine et la sueur

Les chiens disposent de 300 millions de récepteurs olfactifs. Utiles pour repérer de la nourriture ou des congénères, leur pouvoir est aujourd'hui largement détourné par les humains. Des chiens ont par exemple été dressés à détecter de , , , et même, . "Compte tenu de l'odorat remarquable des chiens et de leur histoire de domestication étroite avec les humains, il est possible qu'ils détectent des odeurs associées à des changements dans le corps humain au-delà de ceux qui ont déjà été établis", préviennent les auteurs de cette nouvelle étude.

De toutes les utilisations du chien, une se développe tout particulièrement : son emploi en tant que soutien émotionnel afin d'atténuer l'angoisse d'une personne désignée. Dernièrement, c'est au tribunal correctionnel de Marseille, , que deux chiens d'assistance judiciaire ont démontré leur empathie. "Cependant, les preuves empiriques des mécanismes que les chiens peuvent utiliser pour réagir à l'expérience psychologique de leur propriétaire (ou d'inconnus, ndlr) font actuellement défaut", remarquent les auteurs de cette nouvelle étude.

Chez l'humain, le stress conduit à la libération d'adrénaline et de cortisol dans le sang, à une augmentation du rythme cardiaque, de la pression sanguine et de la respiration. Un autre phénomène important s'ajoute à ces adaptations : les cellules relâchent, lors de leur travail, des composés organiques volatils (COV). Cer[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr