Publicité

"On est chez les fous ou chez les professionnels?", l'absence de Dupont avec le XV de France fait enrager Moscato

Ambitieuse avant son duel face à l'Irlande, l'équipe de France a reçu une véritable correction devant son public du stade Vélodrome (17-38), vendredi, en ouverture du Tournoi des VI nations. Trois jours après la déroute des Bleus, Vincent Moscato a expliqué qu'il s'attendait à un match difficile face au XV du Trèfle, la meilleure nation mondiale à ses yeux.

"La situation est-elle grave? Bah oui quand tu prends 40 points d’entrée de jeu. Mais bon… je n’ai pas été très étonné. Parfois on peut se tromper dans ce que l’on dit avant les matchs, mais moi je pensais qu’on allait morfler", a lâché le consultant ce lundi dans le Super Moscato Show sur RMC. "Je l’avais d’ailleurs dit. Je disais depuis quinze jours que je ne voyais pas comment on pouvait gagner contre l’Irlande. Parfois certains m’ont dit le contraire et je les ai cru. Tu as le droit de perdre mais moi je savais qu’on allait prendre une rouste. Parce que personne en Europe n’a le jeu qu’ont les Irlandais. Pour moi les Irlandais, c’était la meilleure équipe pendant la dernière Coupe du monde. Elle a perdu sur un match éliminatoire mais c’est une malchance incroyable parce que je ne suis pas sûr que si on avait battu les Sudafs, on aurait été champions du monde derrière."

"Dans un milieu professionnel ou dans un milieu de branleurs"

Inquiet pour ce XV de France, Vincent Moscato a surtout pesté contre l'absence d'Antoine Dupont au Tournoi des VI nations. Capitaine des Bleus mais forfait cette année afin de se préserver en vue des JO de Paris 2024 avec l'équipe de France de rugby à 7, le demi de mêlée a joué et brillé ce week-end en Top avec Toulouse. De quoi agacer notre consultant.

"Tant qu'on y avait pas touché à ce Tournoi, on se posait déjà la question de savoir si c'était une aberration. Avant le match contre l'Irlande, des trucs commençaient à fleurir en demandant pourquoi il ne fera pas quand même le Tournoi puisqu'il joue en championnat. Ça sert à quoi? Il se fatigue autant en championnnat que dans un match du Tournoi. Il peut autant se blesser avec le Stade Toulousain qu'en équipe de France. Il peut s'user autant avec l'un qu'avec l'autre. La question a été posée de savoir pourquoi il ne faisait pas l'Irlande, qui est le plus dur, puis enchaîner avec l'Ecosse avant de laisser sa place."

Et Vincent Moscato d'ajouter: "Mais là c'est flagrant! Qu'est-ce que c'est que ces lubies de choisir. C'est quoi, c'est un sport amateur que l'on fait? C'est une randonnée équestre avec des amis à la campagne et le dimanche on va dire que l'on ne vient pas parce qu'on a choisi d'aller faire du poney? On est chez les fous ou on est chez les professionnels? On est dans un milieu professionnel ou dans un milieu de branleurs? N'ayons pas peur des mots. C'est quoi cette histoire que les agents ont choisi, peut-être pour les sponsors, d'être l'effigie et de faire les Jeux olympiques. Je le comprends, qu'il fasse les Jeux olympiques cela ne me dérange pas du tout mais qu'il fasse le Tournoi."

Moscato voit les Bleus dans le "pétrin"

Brillant en Top 14 avec Toulouse, Antoine Dupont n'a donc pas participé à la déroute du XV de France face aux Irlandais. Si sa présence n'aurait pas changé grand-chose contre selon l'ancien talonneur, son absence a permis de voir l'écart avec un Maxime Lucu, décevant vendredi.

"Les problèmes de fatigue... Je ne crois pas qu'il y ait un joueur au monde qui a boycotté le Tournoi pour aller à la chasse, parce qu'il n'y avait pas les Jeux olympiques. Personne n'a dit: 'C'est l'ouverture de la chasse, vous jouez contre l'Écosse mais je vous rejoindrai l'an prochain parce que je vais aux sangliers'. A la sortie, cela me choque parce qu'on y est! On y est dans le pétrin", a enchaîné Vincent Moscato ce lundi. "On ne va pas lui imputer la défaite contre l'Irlande parce que cela aurait été la même s'il avait été là. D'après moi, là, il y avait trop d'écart."

Avant de conclure: "Dupont aurait peut-être donné un peu plus de courage et tout ça mais je n'en suis pas sûr. On ne va pas lui imputer ça mais tu t'aperçois quand même qu'il y a des titulaires et des remplaçants".

Article original publié sur RMC Sport