Publicité

Des chercheurs sont remontés aux origines du tsunami japonais de 2011 en trouvant une immense faille

Le Japon n'oubliera jamais la date du 11 mars 2011, le jour où un tsunami dévastateur généré par le séisme de Tōhoku ravagea les côtes japonaises. Près de 18.000 personnes perdront la vie sous le poids de vagues hautes comme des immeubles. Peu après le tremblement de terre de magnitude 9,0, c'est au tour de la centrale de Fukushima Daiichi d'être envahie par les flots, provoquant l'entrée en fusion de trois réacteurs et des villes entières rendues inhabitables à cause des radiations. Depuis, les scientifiques tentent de comprendre les origines de ces événements qui ont traumatisé toute une nation. Tout récemment, des chercheurs viennent d'annoncer avoir identifié une faille majeure dans l'océan à 7 500 mètres de profondeur.

À l'aide d'un submersible, les scientifiques sont descendus explorer la fosse du Japon à 7,500 mètres, aussi appelée la "ceinture de feu du Pacifique", afin d'explorer le plancher océanique. De leur expédition dans les profondeurs sombres de l'océan, ils en retirent la découverte d'une imposante falaise de 59 mètres de haut. Cette cicatrice, provoquée par le glissement d'une plaque tectonique sur l'autre, était inexistante avant le tremblement de terre de magnitude 9,0 en 2011. La faille a probablement glissé de 80 à 120 mètres près de l'épicentre lors du séisme, soit quasiment le double de ce qui était précédemment estimé. Comme l'expliquent les auteurs de l'étude, le glissement le long de cette faille aurait été de 80 à 120 mètres, soit deux fois plus important (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bien qu’interdit en France et en Europe, ce pesticide peut arriver dans nos assiettes
L’île de la Déception, dans l’Antarctique, permettrait d’en savoir plus sur la vie extraterrestre
Les ouragans deviennent tellement violents, qu'il faudrait une nouvelle catégorie pour les classer
En France, plus d’un tiers des sachets de riz sont contaminés aux pesticides selon une étude
Éolien offshore : où en est la France ?