Publicité

Les chefs d'État et de gouvernement de l'UE discuteront de la levée du tabou des obligations de défense lors du sommet de Bruxelles

Les chefs d'État et de gouvernement de l'UE discuteront de la levée du tabou des obligations de défense lors du sommet de Bruxelles

Il s'agit d'une première tentative pour tester l'appétit des États membres de l'UE pour l'émission conjointe de dette afin de soutenir l'industrie de la défense de l'Union, alors que la guerre fait rage sur son flanc oriental.

Bien qu'ils soient divisés, le président français, Emmanuel Macron, et la première ministre estonienne, Kaja Kallas, ont tous deux soutenu l'idée par le passé. Lors du sommet de février, Kaja Kallas a suggéré que les obligations s'élèvent à un total de 100 milliards d'euros.

Mais il sera difficile de lever le tabou de l'émission d'une dette commune de l'UE pour armer les États membres, car les capitales les plus frugales sur le plan budgétaire sont très sceptiques à l'égard de cette initiative.

Un diplomate de haut rang d'un pays du nord de l'UE, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, a déclaré qu'ils hésitaient à envisager des obligations de défense, plaidant pour une approche basée sur le marché et davantage d'investissements privés.

Un autre diplomate de haut rang de l'UE a toutefois affirmé qu'il était nécessaire de "lancer le débat" sur les obligations de défense potentielles, ajoutant qu'avec la Russie qui gère une économie de guerre, l'UE doit également réfléchir sérieusement à sa propre préparation aux conflits.

Dans son invitation aux dirigeants, le président du Conseil européen, Charles Michel, appelle à des "mesures radicales et concrètes" pour mettre l'économie de l'UE "sur un pied de guerre" et a déjà demandé des obligations européennes de défense pour rationaliser les dépenses militaires de l'Union.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre des efforts déployés pour trouver des moyens plus novateurs et créatifs de reconstituer les stocks de défense de l'UE, qui se sont épuisés depuis que l'invasion massive de l'Ukraine par la Russie a incité les États membres de l'UE à envoyer des armes et du matériel militaire pour venir en aide à Kyiv.

Le sommet fera suite à une série d'avancées sur le soutien de l'UE à l'Ukraine cette semaine, notamment un accord sur un fonds d'armement de 5 milliards d'euros pour l'Ukraine conclu par les ambassadeurs de l'UE, lundi (18 mars), et une proposition présentée par la Commission européenne mercredi (20 mars) visant à utiliser les bénéfices exceptionnels tirés des actifs russes immobilisés dans les États membres de l'UE pour armer l'Ukraine.

L'exécutif européen a également annoncé, mercredi (20 mars) qu'il avait chargé l'ancien Premier ministre finlandais, Sauli Niinistö, de préparer un rapport sur l'état de préparation de la défense civile de l'Union, à la lumière de la guerre en cours en Ukraine.

Une proposition obligataire difficile à vendre

Les "cinq frugaux" (Autriche, Danemark, Finlande, Pays-Bas et Suède) se sont fermement opposés par le passé à l'émission de titres de dette publique de l'UE en période de crise économique, craignant que cela ne pénalise les pays plus riches comme eux.

La pandémie de COVID-19 a contraint l'UE à briser pour la première fois son tabou sur l'émission de dette commune, avec un accord permettant à la Commission de financer le plan de relance post-pandémie de 800 milliards d'euros, connu sous le nom de "Next Generation EU", en émettant des obligations européennes sur le marché des capitaux.

Bien que ce plan ait été salué comme un succès et un progrès en termes de solidarité financière de l'Union européenne, la hausse des coûts d'emprunt signifie qu'il coûte plus cher que prévu à l'Union européenne, ce qui pourrait réduire les chances qu'il soit défendu lors d'autres crises futures.

Un autre diplomate de haut rang a précisé que la proposition d'obligations de Charles Michel avait "peu de chances d'aboutir", car de nombreux États membres ne sont pas intéressés par la création d'une dette commune.

Un autre moyen d'augmenter les dépenses de défense a été proposé par 14 Etats membres, qui demandent que le mandat de la Banque européenne d'investissement soit modifié pour lui permettre de financer des investissements dans l'équipement et les infrastructures militaires.

"Nous devons explorer différentes possibilités qui permettraient à la BEI d'investir dans des activités liées à la défense au-delà des projets à double usage existants", peut-on lire dans une lettre adressée à la BEI par les pays, dont la France et l'Allemagne.

"Cela impliquerait de discuter et de réévaluer les définitions actuelles des projets à double usage et la liste des activités exclues, ainsi que de reconsidérer sa politique de prêt à l'industrie de la défense et d'autres éléments restrictifs".

Le projet de la République tchèque de livrer des dizaines de milliers d'obus d'artillerie supplémentaires aux forces armées ukrainiennes, qui tentent de résister à l'offensive russe, fera également l'objet de discussions.

Le ministre tchèque des affaires étrangères, Jan Lipavský, a expliqué que son pays avait acheté 300 000 obus qui seront envoyés sur les lignes de front, les premières livraisons étant prévues avant le mois de juin.

Selon des sources diplomatiques haut placées, une vingtaine de pays de l'UE pourraient adhérer à cette initiative, qui consiste à acheter des munitions inutilisées à des pays occidentaux inconnus.

Le Danemark, la Belgique, l'Allemagne, les Pays-Bas et la Suède ont déjà confirmé leur participation.

Au cours du sommet de deux jours qui débute jeudi, les dirigeants décideront également d'approuver ou non la recommandation de la Commission d'ouvrir les négociations d'adhésion avec la Bosnie-Herzégovine, et d'adopter les cadres qui devraient guider les négociations d'adhésion avec l'Ukraine et la Moldavie.

Des sources diplomatiques ont laissé entendre qu'aucun pays n'était susceptible de bloquer la décision sur l'ouverture des négociations avec la Bosnie-et-Herzégovine, bien que la candidature de ce pays ait déjà fait l'objet d'une opposition par le passé.

Les dirigeants tenteront également de mettre de côté leurs divergences sur la crise qui frappe Gaza et s'accorderont pour appeler à "une pause humanitaire immédiate menant à un cessez-le-feu durable" dans la bande de Gaza assiégée.