Publicité

Le chef de la CIA se dit "convaincu" que la Chine envisage de fournir des armes à la Russie

William Burns, directeur de la CIA, sur CBS News le 3 octobre 2022. - BFMTV

William Burns a déclaré dimanche détenir des informations selon lesquelles la Chine envisage de fournir des "équipements létaux" à la Russie. La Chine nie ces accusations de Washington depuis la semaine dernière.

Les États-Unis persistent. Malgré les dénégations de la Chine, le chef de la CIA, William Burns, a affirmé dans une interview diffusée dimanche sur CBS que l'agence de renseignement était "convaincue que les dirigeants chinois envisagent de fournir des équipements létaux" à la Russie.

"Cela ne veut pas dire qu'ils ont tiré une conclusion définitive à ce sujet, qu'ils ont effectivement commencé à fournir des équipements létaux, mais c'est évidemment quelque chose que nous prenons très au sérieux et que nous surveillons très attentivement", a ajouté le chef de la CIA.

Pékin dénonce des "fausses informations"

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a affirmé la semaine précédente craindre que la Chine n'envisage de fournir des armes à la Russie. Ces déclarations ont été qualifiées de "fausses informations" le même jour par Wang Wenbin, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

"Nous n'acceptons pas que les États-Unis pointent du doigt les relations entre la Chine et la Russie, et encore moins qu'ils exercent des pressions et des contraintes", a-t-il déclaré lors d'un point de presse régulier.

"Ce sont les États-Unis, et non la Chine, qui envoient constamment des armes sur le champ de bataille", a-t-il ajouté. Depuis le début de la guerre en Ukraine, la Chine tient une position ambivalente vis-à-vis de la Russie, évitant tout soutien trop frontal, mais également toute condamnation de l'invasion engagée par Moscou.

Un avertissement pour la Chine

Pour le patron de la CIA, ces avertissements américains ont pour but de "dissuader" le président chinois, Xi Jinping, d'engager de telles actions, "car ce serait un pari très risqué et peu judicieux".

Le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan a aussi assuré dimanche sur CNN que les États-Unis restaient "vigilants" à cet égard et réaffirmé la mise en garde de Washington à Pékin contre les "conséquences" d'une telle fourniture d'armes.

"Nous allons continuer à envoyer un message de fermeté selon lequel envoyer de l'aide militaire à la Russie en ce moment (...) serait une grave erreur et la Chine devrait ne pas y prendre part", a-t-il dit.

Selon lui, la guerre en Ukraine pose de "sérieuses complications" pour les Chinois mais si Pékin décidait de franchir le pas et de fournir des armes à Moscou, cela engendrerait de "vrais coûts" pour elle.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Pierre-Olivier Variot : "Si demain, Poutine bombarde la France, acheter un comprimé d’iode ne servira à rien : on sera vitrifiés avant d’avoir pu l’avaler"