ChatGPT : qu’est-ce que le programme d’IA dont tout le monde parle ?

Jakub Porzycki / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Il est désormais interdit dans les écoles publiques de New York ! Le logiciel d'intelligence artificielle ChatGPT, générateur de textes d'une fluidité déconcertante, est la nouvelle source de fascination et d'effroi de la tech. Voici ce qu'il faut savoir à son sujet.

De quoi s’agit-il ?

ChatGPT est un logiciel de traitement du langage naturel créé par l’organisation américaine OpenAI et qui génère du texte automatiquement. Ce programme d’intelligence artificielle a été construit sur le principe du “machine learning” (l’apprentissage machine) qui consiste, en partie, à s’adosser à une énorme base de données, constituée notamment de documents tirés du web - mais pas tout le web, ce qui permet d’éliminer les contenus violents, racistes, sexistes, etc. Le programme ChatGPT (plus précisément ChatGPT-3, pour la dernière version qui fait l’actualité des médias) peut être employé en plusieurs langues, dont le français.

Pourquoi le résultat est-il convainquant ?

ChatGPT utilise le texte d’amorce entré par l’utilisateur du logiciel - une question ou un bout de phrase - comme un contexte, dont les élements lui permettent de fournir en complément une prose particulièrement convaincante. Une prose… et pas seulement, puisque le logiciel peut écrire en vers, ou prendre n’importe quel style, selon les recommandations de l’utilisateur : notice de montage, roman d’espionnage, formulaire administratif, lettre d'amour, on en passe et des meilleurs. L’utilisateur peut ainsi converser avec le programme pour parcourir un sujet.

Pourquoi cela inquiète ?

ChatGPT est en accès libre sur le web. Il est nécessaire néanmoins d’ouvrir un compte OpenAI (ce qui permet à l’organisation d’engranger de la donnée sur ses usagers ; plus d’un million de personnes se sont inscrites en 5 jours pour tester le programme, écrit le New York Times). Or ce logiciel est fait pour produire des contenus plausibles, mais pas forcément exacts. C’est donc potentiellement une usine à fake news. Et puis c’est un producteur de contrefaçons. C’est-à-dire qu’un élève tricheur peut l’employer pour faire une dissertation à sa place (d'ailleurs ChatGPT est désormais interdit dans les écoles publiques de la ville de New York), ou qu’un scénariste fainéant va lui demander d’écrire le procha[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi