ChatGPT : on a comparé l’humour de cette intelligence artificielle avec celui de Siri

L’interface de ChatGPT peut parfois faire des blagues - comme lorsque ses serveurs sont en rade.
Le HuffPost L’interface de ChatGPT peut parfois faire des blagues - comme lorsque ses serveurs sont en rade.

TECH - C’est quand la fin du monde ? Où est Elvis Presley ? Peux-tu me raconter une blague ? Toutes ces questions, nous les avions posées à Siri lorsqu’Apple a sorti son application de commande vocale en 2011. Onze ans plus tard, nous avons fait la même chose mais avec ChatGPT, le robot conversationnel (chatbot) qui bouleverse la Silicon Valley depuis son ouverture au grand public. Au point où ses concepteurs, la start-up californienne OpenAI, seraient en train de parler à des investisseurs pour entrer en Bourse avec une valeur estimée à 29 milliards de dollars, selon un article du Wall Street Journal publié le 5 janvier.

OpenAI avait déjà fait parler d’elle avec DALL-E, un programme d’intelligence artificielle (IA) capable de créer des images à partir de descriptions textuelles. Si on résume, ChatGTP-3 est capable de faire la même chose, mais avec du texte : le robot peut répondre à des questions très variées, et est capable d’expliquer des concepts scientifiques, d’écrire une scène de théâtre, de rédiger une dissertation universitaire… ou bien des lignes de code informatique parfaitement fonctionnelles.

Des performances si impressionnantes qu’elles relancent le débat sur les risques liés aux technologies d’intelligence artificielle. Mais contrairement à Siri, il lui manque bien une chose : l’humour.

Deux IA bien différentes

Lorsqu’on demande à Siri où se trouve Elvis Presley, voici sa réponse : « Mes sources évoquent la Zone 51. Mais, je ne peux pas vous en dire plus, c’est classé secret-défense… ». Une réponse qui fait plutôt sourire.

ChatGPT, elle, reste plus terre à terre : « Je suis désolé, mais je ne suis pas en mesure de répondre à cette question car je suis un modèle de langage informatique et je n’ai pas accès aux informations en temps réel. Elvis Presley est décédé le 16 août 1977, il est donc impossible de dire où il se trouve actuellement. » Vous pouvez comparer ces réponses dans nos captures d’écran ci-dessous.

Captures d’écran des réponses de Siri
Le HuffPost Captures d’écran des réponses de Siri
Capture d’écran de questions posées à ChatGPT
OpenIA Capture d’écran de questions posées à ChatGPT

La différence entre ces réponses vient de la différence de conception de ces deux IA. Siri dispose de réponses prédéfinies. « Il est basé sur un énorme arbre de décision. Quand il y a une question posée, le système va suivre l’arbre et passer de branche en branche pour trouver la bonne réponse. Cet arbre a été créé au préalable avec l’aide d’expert, mais ce n’est pas un système qui a appris tout seul », détaille Alexei Grinbaum, directeur de recherche et président du Comité opérationnel pilote d’éthique du numérique du CEA. C’est donc grâce aux personnes qui l’ont conçu, qu’il peut vous donner des réponses sorties du lot.

C’est bien là toute la différence avec ChatGPT dont le programme repose sur l’apprentissage profond (ou deep learning). Ce système, qui a déjà fait faire des pas de géants à l’IA, permet à des programmes de plus en plus raffinés d’apprendre, et non plus de simplement recracher des phrases apprises par cœur. Ce sont les bases de données avec lesquelles elles sont nourries -dont Wikipédia et ses dizaines de millions d’entrées- qui font office de livre d’école. « ChatGPT va mouliner un énorme ensemble de données pendant des mois et apprendre par lui-même à répondre à des questions humaines », explique Alexei Grinbaum.

ChatGPT reste le chatbot le plus avancé. Il peut écrire des poèmes, un essai ou une histoire pour enfant. On est donc bien loin des petites questions posées à Siri. « Pour faire de ChatGPT un ami virtuel, c’est beaucoup plus simple que Siri, parce qu’elle peut parler de tous les sujets du monde, assure Alexei Grinbaum. Mais il faut apprendre à ChatGPT un peu de compassion, de sympathie, d’humour… Elle les a, mais doit apprendre à les sortir au bon moment. »

A voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi