Charlie Watts, le batteur des Rolling Stones, est mort à 80 ans

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le batteur des Rolling Stones, Charlie Watts, est décédé mardi à Londres à l'âge de 80 ans. Il est mort "paisiblement dans un hôpital de Londres plus tôt dans la journée, entouré de sa famille" a précisé son agent.

Le batteur était membre des Rolling Stones depuis 1963. Avec le leader Mick Jagger et le guitariste Keith Richards, Charlie Watts faisait partie des plus anciens membres du mythique groupe de rock.

Avec son visage impassible et son talent unanimement reconnu en matière de rythmique binaire, il offrait sur scène un contrepoint aux déhanchements frénétiques de Mick Jagger et aux pitreries électriques des guitaristes Keith Richards et Ronnie Wood.

Parfois, Mick Jagger et Keith Richards, dont les différents ont été réguliers, ne semblaient s'accorder que sur leur admiration pour Charlie Watts, aussi bien pour l'homme que pour le musicien. Keith Richards surnommait Charlie Watts "the key", "la clé".

Ensemble, ils ont enregistré 25 albums studio et ont parcouru des dizaines de milliers de kilomètres à travers le monde, donnant des milliers de concerts.

Autodidacte de génie

Né le 2 juin 1941 à Londres, Charlie Watts, autodidacte en batterie, avait appris à jouer à l'oreille, en regardant les joueurs dans les clubs de jazz londoniens. "Je ne suis jamais allé dans une école pour apprendre à jouer du jazz. Ce n'est pas ce que j'aime. Ce que j'aime dans le jazz, c'est l'émotion".

Tout au long de sa carrière avec les Rolling Stones, celui qui tenait ses baguettes à l'envers en frappant avec le gros bout, continue en parallèle le jazz. Il enregistre plusieurs disques sous son nom avec un quintette (Charlie Watts Quintet) puis un dixtuor (Charlie and the tentet Watts).

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il a été adoubé comme le douzième meilleur batteur de tous les temps par le magazine Rolling Stones, derrière des noms tels que John Bonham, Keith Moon ou Ginger Baker.

L'élégant batteur a su se tenir à l'écart des régulières batailles d'égo entre Keith Richards et Mick Jagger ainsi que de leurs excès en tout genre. Toute sa vie, il est resté fidèle à sa femme, Shirley Shepherd, épousée en 1964. Après un passage à vide durant les années 1980 durant lequel il avait abusé d'alcool et de drogues, il avait réussi à se sortir de ses addictions : "Je me faisais la guerre à moi-même à cette époque-là" avait-il alors déclaré au magazine Rolling Stone.

Il a souvent qualifié la vie de rock star d'expérience éreintante et déplaisante, voire effrayante : "les filles qui vous poursuivent dans la rue en criant... horrible ! Je détestais ça !" a-t-il concédé dans une interview au Guardian. Il a plus tard comparé la vie de batteur de rock comme "un croisement entre une vie d'athlète et une crise de nerf".

L'écrivain Philip Norman, qui a beaucoup écrit sur les Rolling Stones, rapporte que Charlie Watts vivait "constamment dans l'espoir d'être autorisé à prendre le premier avion pour rentrer à la maison."

En tournée, il dessinait chaque chambre d'hôtel dans laquelle il logeait. Il a d'ailleurs travaillé avec Mick Jagger sur certains de leurs décors scéniques les plus spectaculaires et a fourni des illustrations pour leur album "Between the Buttons" en 1967.

En 2004, Charlie Watts avait été soigné pour un cancer de la gorge à l'hôpital Royal Marsden de Londres, dont il s'était remis après quatre mois de lutte, dont six semaines de radiothérapie intensive.

Début août cette année, son porte-parole avait déclaré qu'il ne participerait pas à la tournée américaine du groupe, prévue cet automne, pour des raisons médicales. Il avait alors déclaré : "Pour une fois, je suis un peu à contre-temps. Je travaille dur pour me rétablir complètement mais aujourd'hui j'ai accepté les avis des experts qui me disent que cela va prendre du temps."

Le monde de la musique lui rend hommage

Aujourd'hui le monde du rock'n roll lui fait ses adieux. Au-delà de ses comparses de toujours, les hommages de ses pairs n'ont pas tardé. Dans l'univers tumultueux et extrêmement compétitif du rock and roll, Charlie Watts a su, en effet, se faire peu d'ennemis...

Les musiciens qui l'ont côtoyé ont été nombreux à réagir, tel Kenney Jones, batteur des Smalles Faces, Faces puis des Who à la mort de Keith Moon, Peter Townshend des Who qui rapporte justement que Charlie Watts avait pleuré à l'enterrement de Keith Moon. Ou encore Brian Wilson et bien sûr Ringo Starr, batteur des Beatles et Paul McCartney.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

I’m just shocked to hear about Charlie Watts. I don’t know what to say, I feel terrible for Charlie’s family. Charlie was a great drummer and I loved the Stones music, they made great records. Love & Mercy.

Posted by Brian Wilson on Tuesday, August 24, 2021

“Charlie Watts était le batteur ultime” a aussi déclaré Elton John.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles