Publicité

Charlene de Monaco : "Un million en deux mois…", son train de vie dispendieux mis au jour ?

Administrateur des biens du prince Albert de Monaco, Claude Palmero a été révoqué de ses fonctions en juin 2023. Il a ensuite saisi la justice monégasque pour tenter de faire annuler cette décision. En fait, Claude Palmero affirme que sa révocation par le prince Albert de Monaco n'est basée sur aucun motif valable. Au final, il a choisi de porter cette affaire devant la Cour européenne des droits de l'Homme. Concrètement, l'ancien administrateur des biens princiers estime que la justice monégasque n'est pas indépendante. Et qu'elle ne lui garantie donc pas un procès équitable. Avant de quitter ses fonctions, Claude Palmero aurait emmené avec lui cinq cahiers contenant toutes les dépenses de la famille Grimaldi. Dont celles de Charlene de Monaco. Selon les informations dévoilées par Le Monde, l'épouse du prince Albert de Monaco aurait un train de vie dispendieux. "En 2023, la dotation globale annuelle de Charlene de Monaco était proche de 1,5 million d’euros. Celle accordée à Caroline de plus de 900.000 euros. Et celle de Stéphanie d’environ 800.000 euros", affirment nos confrères. Le Monde révèle également dans son enquête que la dotation de la princesse Charlène de Monaco s'élèverait à 7,5 millions d'euros sur plusieurs années. Cependant, elle en aurait dépensé le double, soit "environ 15 millions d’euros". De son côté, le palais princier a réagi par l'intermédiaire de son avocat. Ce dernier a ainsi assuré qu'en cas de dépassement, (...)

Lire la suite sur Closer

Mort de Claude Brasseur : Alexandre, son fils, révèle le très joli geste de Franck Dubosc
Prince William : son père encore sur le trône, il essaye déjà de moderniser la monarchie
Pierre (Star Academy 2023) : il réagit après le malaise de Gims sur son couple éventuel avec Héléna
Amandine Pellissard : six mois après la naissance de son neuvième enfant, elle fait son retour dans le X
Meurtre de Jean-Joseph Clément : 34 ans après, un célèbre tueur en série mis en cause