Publicité

Charente-Maritime : il passe des années à ériger une tour Eiffel en allumettes, l’annonce qu’il reçoit le dévaste

Des années de travail pour rien. Il y a huit ans, Richard Plaud a décidé d’entrer dans le Guinness Book des records. Pour cela, l’homme installé à Montpellier-de-Médillan (Charente-Maritime) a eu l’idée de battre un record avec la plus haute tour Eiffel en allumettes. Il a ainsi passé 4.200 heures cumulées pour la construction. De plus, il a utilisé 706.000 allumettes pour atteindre la taille finale de 7,19 mètres. Une hauteur qui a été validée par un géomètre-expert. Le mois dernier, le maquettiste a exposé fièrement son œuvre à Saujon (Charente-Maritime) et 4.000 personnes sont venues l’admirer. Alors qu’il a ensuite soumis sa tour Eiffel en allumettes au Guinness Book des records, la sentence est rapidement tombée. Les juges britanniques ont invalidé le record et même disqualifié le Poitevin.

Le maquettiste a été disqualifié car il n’a pas utilisé les bonnes allumettes

Interrogé par 20 Minutes après sa disqualification, Richard Plaud a expliqué : “Il fallait que les allumettes utilisées pour réaliser la tour Eiffel soient achetées dans le commerce, avec leur partie inflammable qu’il fallait supprimer en la grattant, sans la couper”. En effet, pour gagner du temps, le maquettiste avait décidé de se faire livrer les allumettes sans bout rouge soufré, mais avec les mêmes caractéristiques, auprès d’un fabricant français d’allumettes. . Aujourd’hui, le maquettiste estime que la décision des juges est “incompréhensible (...)

Lire la suite sur Closer

Caroline Receveur touchée par un cancer : “une libération !”, ce changement physique qu’elle ne regrette pas
Astrologie 2024 : ce qui attend le signe de la Vierge en février au travail
Tony Parker célibataire : le basketteur a rompu avec Alizé Lim, "après trois années de vie commune"
Loana victime d’un viol : “un AVC en direct…”, l’équipe de TPMP au coeur d’une tempête
Philippe Caubère : l’acteur mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur mineurs