Charente-Maritime : une avocate et un détenu surpris en plein ébat sexuel

·1 min de lecture
Une avocate et un détenu ont été surpris par un surveillant en plein ébats sexuels dans la prison de Saint Martin De Re

À la prison de Saint-Martin-de-Ré en Charente-Maritime, un surveillant a surpris le couple en posture très équivoque. En situation de crise sanitaire, les risques de contamination ont été évoqués.

Le 30 juillet, un entretien pour le moins intime a surpris la direction de la prison de Saint-Martin-de-Ré (Charente-Maritime). Au delà du fait que les rapports sexuels sont interdits, ce sont bien les risques sanitaires qui posent problème dans cette affaire. En avril dernier, un cluster avait d'ailleurs déjà fortement perturbé la vie carcérale, selon Sud Ouest.

Le syndicat pénitentiaire des surveillants de la maison centrale dénonce cet acte sexuel et les risques de contamination qu'il pourrait engendrer. Désormais, si les personnels ont l'obligation de se vacciner, notamment les auxiliaires judiciaires, les détenus ne sont en effet pas tous vaccinés, même s’ils le sont de plus en plus.

Un barreau rigide

Le barreau dont dépend l’avocate a ouvert une enquête qui "sera menée avec sévérité et sérieux", précise Madame le bâtonnier Me Catherine Cibot-Degommier. Une procédure disciplinaire pourrait inquiéter la jeune femme dont l’anonymat est pour l’heure préservé mais qui risque d'être radiée du barreau.

En revanche, aucune procédure ne sera engagé par le procureur de la République Laurent Zuchowicz puisque “les faits ne relèvent pas du pénal” a-t-il rappelé. Au sein de la maison centrale, le détenu devrait également passer devant une commission de discipline.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles