Publicité

Charente : deux policiers visés par une enquête pour violences et propos racistes

Les deux fonctionnaires sont suspectés d'avoir porté un coup à un homme gardé à vue et de l'avoir qualifié de "bougnoule", a déclaré la procureure de la République à Angoulême.

Une enquête judiciaire a été ouverte visant deux policiers du commissariat d'Angoulême (Charente), soupçonnés de violences et d'injure raciste lors d'une garde à vue fin janvier, a-t-on appris mercredi auprès du parquet, confirmant des informations du quotidien Charente Libre.

Les deux fonctionnaires sont suspectés d'avoir porté un coup à un homme gardé à vue et de l'avoir qualifié de "bougnoule", a déclaré à l'AFP Stéphanie Aouine, procureure de la République à Angoulême.

La scène captée en vidéo par une "caméra-piéton"

Selon la police, les faits se sont produits au commissariat d'Angoulême, "en marge du placement en garde à vue d'un individu suspecté d'avoir, avec d'autres, commis une agression sexuelle sur la passagère d'un TGV".

Jean-Luc Taltavull, directeur départemental de la police nationale, a confirmé à l'AFP avoir adressé un signalement au parquet après avoir appris, fin janvier, que ces deux policiers de voie publique "étaient susceptibles de s'être livrés à des violences illégitimes (coup) doublées de propos racistes au préjudice d'un tiers".

La scène a été captée en vidéo par la "caméra-piéton" de l'un des policiers, a confirmé la procureure, qui a saisi l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). Selon Charente Libre, la caméra a été déclenchée "involontairement" par le fonctionnaire.

La police nationale a annoncé avoir réaffecté à "des tâches administratives" les deux policiers, qui ont été désarmés. "Une enquête administrative a été ouverte et ils vont être suspendus", a-t-elle écrit sur son compte X (ex-Twitter).

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - "Oui, c'est moi qui ai tiré": le principal suspect, Ilias Akoudad, de la mort du policier Éric Masson passe aux aveux lors de son procès