Chaos. Au Parlement panafricain, les députés en viennent aux mains

·2 min de lecture

Pour le deuxième jour d’affilée, le Parlement panafricain a dû interrompre sa session à cause d’une bagarre généralisée entre les élus. Les députés d’Afrique australe et ceux d’Afrique de l’Ouest et centrale sont en désaccord sur le mode de scrutin. Mais pareils dérapages ternissent l’image d’une institution qui manque déjà de crédibilité, souligne News24.

Il est rare que les Africains entendent parler des élus du Parlement panafricain, une institution continentale qui dépend de l’Union africaine, plutôt confidentielle. Et lorsque c’est le cas, ce n’est pas toujours pour le meilleur.

Hallucinantes”, voici comment le site sud-africain News24 qualifie les scènes qui ont eu lieu mardi 1er juin à Midrand, la ville proche de Johannesburg où siège cette institution continentale. Dans une vidéo largement partagée, on voit cette assemblée solennelle sombrer dans “le chaos”. Les élus hurlent, se lèvent et se disputent pendant de longues minutes une urne dans une vaste pagaille.

Les députés africains étaient réunis pour élire leur nouveau président. La procédure a déraillé alors qu’ils s’affrontent sur le mode de scrutin. Les députés d’Afrique australe réclament une présidence tournante entre les régions du continent et non un vote majoritaire. Celui-ci favorise toujours l’Afrique centrale ou l’Afrique de l’Est, dont le nombre de pays – et donc le nombre d’élus – est bien plus élevé, explique News24.

Pour mener cette fronde, l’Afrique australe a mis aux avant-postes deux figures politiques : la Zimbabwéenne Barbara Rwodzi et le Sud-Africain Julius Malema, qui disaient refuser d’élire quiconque sans que la règle de la présidence tournante soit adoptée. Ils ont eu gain de cause, pour quelques heures du moins. Vu la pagaille, la session a été interrompue.

À lire aussi:

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :