Chaos à Douvres: la France et le Royaume-Uni se renvoient la balle

Les embouteillages au port de Douvres, premier gros week-end de vacances chez les Britanniques qui tentent de rejoindre le continent, le 23 juillet 2022.
Les embouteillages au port de Douvres, premier gros week-end de vacances chez les Britanniques qui tentent de rejoindre le continent, le 23 juillet 2022.

Les embouteillages au port de Douvres, premier gros week-end de vacances chez les Britanniques qui tentent de rejoindre le continent, le 23 juillet 2022.

ROYAUME-UNI - La situation s’améliore peu à peu au port de Douvres. Les vacanciers britanniques devaient attendre plusieurs heures samedi 23 juillet avant de pouvoir accéder au port, l’un des principaux points d’accès au continent. Face au chaos, responsables français et britanniques se renvoient la balle, alors que la situation revient peu à peu à la normale ce dimanche.

Jusqu’à présent, lors de ce week-end de grands départ en vacances pour les Britanniques, pour la première année sans restrictions de déplacements depuis le début de la pandémie de Covid-19, 72.000 passagers sont passés par le port, qui représente pour le trafic routier l’un des principaux points d’accès au continent, avec le tunnel sous la Manche.

Vendredi, nombre de vacanciers sont restés coincés pendant des heures avant de pouvoir accéder au port de Douvres. P&O Ferries, l’un des principaux opérateurs, prévenait par exemple ses clients que le temps d’attente était de six heures pour parvenir aux contrôles. Il était de trois heures ce samedi selon la compagnie.

Il aura donc fallu attendre dimanche pour que la situation revienne à la normale. Le retard accumulé en raison des embouteillages imputés à un manque de personnel de la police aux frontières française a été résorbé, a annoncé le port.

“Le retard de passagers tourisme généré vendredi a à présent été comblé et les vacanciers de samedi ont pu prendre la route”, a déclaré le port de Douvres (sud-est de l’Angleterre) dans un communiqué.

La France “ruine” les vacances, dénonce Douvres

Dans un communiqué, le port dénonçait les autorités françaises qui “ruinent” les vacances des Britanniques. Le directeur général du port de Douvres, Doug Bannister avait lui accusé les autorités françaises d’avoir sous-dimensionné le nombre d’agents de la police française aux frontières, tout en reconnaissant que “dans un environnement post-Brexit”, les délais pour embarquer vont augmenter.

Côté français, le préfet de la région Hauts-de-France, Georges-François Leclerc, a concédé un retard dans la pleine mise en œuvre du dispositif prévu vendredi en raison d’un incident de signalisation dans le tunnel sous la Manche et d’un accident de la circulation sur l’autoroute M20.

“Qui peut croire que parce que les renforts français ont une heure de retard, c’est tout un système qui déraille?”, s’est-il interrogé ce samedi, lors d’une conférence de presse à Lille. “Le travail a été fait côté français” en renforçant les effectifs, passés de 120 habituellement à 200 les week-ends d’été, durant lesquels 9 à 10.000 véhicules sont attendus par jour, au lieu de 4 à 5.000 habituellement, a-t-il assuré.

La faute au Brexit?

“L’an dernier, il y avait le Covid: nous découvrons le Brexit” et son impact lors des jours de pointe, a relevé le préfet, demandant que le port de Douvres fasse des aménagements pour augmenter le nombre de postes de contrôle. Car depuis le Brexit, le seul contrôle de la carte d’identité ne suffit pas, il faut désormais un “compostage du passeport”, ce qui augmente nécessairement les temps d’attente. La France “prend sa part de responsabilité”, a-t-il reconnu, mais “c’est une responsabilité partagée avec les Britanniques”.

À l’occasion de ces perturbations ont resurgi sur les réseaux sociaux des informations de presse selon lesquelles le gouvernement britannique aurait refusé, fin 2020, une proposition de 33 millions de livres sterling pour doubler la capacité de contrôle côté français.

Malgré les explications des autorités françaises, la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, en campagne pour succéder au Premier ministre Boris Johnson, a persisté à incriminer la France. “Le fait est que les autorités françaises n’ont pas mis assez de personnel à la frontière”, a-t-elle affirmé, estimant qu’il incombe à la France de résoudre la situation. “Je suis très claire avec eux à ce sujet”, a-t-elle ajouté, évitant la question évoquant la responsabilité du Brexit.

Mais pour Lucy Moreton, du syndicat britannique ISU, qui représente les agents à la frontière, ces perturbations résultent de manière “prévisible” du Brexit. “C’est le moment qu’il a choisi pour frapper”, a-t-elle déclaré à la BBC.

“Les autorités françaises sont mobilisées pour contrôler nos frontières et faciliter le trafic autant que possible. J’ai échangé à ce sujet de manière constructive avec mon homologue Grant Shapps. Mais la France n’est pas responsable du Brexit”, a pour sa part commenté sur Twitter le ministre des Transports Clément Beaune.

Si les difficultés aux abord immédiats du port de Douvres semblaient amoindries ce samedi dans l’après-midi, d’importantes difficultés sont signalées sur l’un des axes qui permet d’accéder au port et au tunnel sous la Manche.

“Trois mille camions” sont stockés sur l’autoroute M20 dans le cadre d’un dispositif mis en œuvre en cas de congestion à la frontière, a déclaré samedi matin sur BBC Radio 4 Roger Gough, qui préside le comté du Kent. La route des vacances risque d’être encore longue.

À voir également aussi sur le Huffpost: “Hasta la Vista, baby”: Boris Johnson se la joue “Terminator” pour son dernier show à la Chambre

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles