Publicité

"Chantage", "intimidations": la présidente de la Fédération française des Sports de glace dénonce le comportement de Gailhaguet

La présidente de la Fédération française des Sports de glace (FFSG), Gwenaëlle Noury, qui vient d'évincer six membres du bureau exécutif, affirme avoir subi des "pressions" et "des intimidations" émanant de l'ancien président Didier Gailhaguet dans un entretien publié vendredi sur le site de l'Obs.

"Je n'imaginais pas trouver un univers aussi catastrophique et corrompu"

Lors de son élection en juin 2022, elle avait été fortement soupçonnée - notamment par la candidate sortante Nathalie Péchalat - d'être téléguidée par Didier Gailhaguet, poussé à la démission au printemps 2020 pour avoir couvert un entraîneur mis en cause pour viols et agressions sexuelles.

"Je n'imaginais pas trouver un univers aussi catastrophique et corrompu. J'ai découvert que des gens voulaient le retour à la gouvernance de ces 25 dernières années (...)", explique-t-elle à l'hebdomadaire. Didier Gailhaguet a "vite montré la volonté de diriger la fédération. C'est devenu très oppressant, d'autant plus qu'il était soutenu par tout un réseau, notamment certains membres du bureau exécutif et du conseil fédéral identifiés", raconte-t-elle.

"Il a cru que j'étais sa marionnette"

"Je devais être sa marionnette, il a en tout cas cru que je l'étais (...). Il y a eu des intimidations, du chantage, des lignes rouges ont été franchies", a-t-elle ajouté. "Les six personnes révoquées l'ont été parce qu'elles défendaient ce système" et voulaient le "voir revenir aux manettes". Parmi elles, l'ex-champion Brian Joubert, réputé proche de l'ancien président. Ces six membres ont dénoncé mercredi "une situation surréaliste".

Mme Noury a aussi précisé vendredi que "la porte de son bureau a été fracturée" et qu'elle avait "porté plainte". Elle relate aussi des "pressions" pour que la FFSG rende hommage à Gilles Beyer, l'ancien entraîneur que Sarah Abitbol accuse de viol, récemment décédé, ce qui pour elle était "hors de question". L'ex-patineuse, qui souhaitait rejoindre la fédération de longue date, "vient d'accepter de rejoindre le comité éthique de la fédération", a-t-elle dit.

Contactée à plusieurs reprises ces derniers mois par l'AFP, y compris avant son élection, Mme Noury n'a jamais donné suite et ne s'exprime quasiment jamais publiquement.

Article original publié sur RMC Sport