Publicité

Le changement climatique derrière la sécheresse dévastatrice de l'Amazonie en 2023, selon une étude

Le changement climatique a largement favorisé la sécheresse dévastatrice qui a frappé en 2023 l'Amazonie, l'un des écosystèmes les plus importants au monde pour stabiliser le climat mondial menacé par le réchauffement.

La sécheresse agricole historique a touché des millions de personnes dans tout le bassin amazonien, attisant d’énormes incendies de forêt, réduisant les principaux cours d’eau et causant des ravages catastrophiques sur la faune.

La sécheresse 30 fois plus probable de juin à novembre 2023

Certains experts ont suggéré que l’arrivée du phénomène météorologique naturel El Nino était à l’origine des conditions poudrières. Mais une nouvelle étude menée par des scientifiques du World Weather Attribution (WWA), publiée mercredi, révèle que le changement climatique causé par la pollution carbonée émise par la planète en était le principal responsable.

Selon eux, ce phénomène a rendu la sécheresse 30 fois plus probable de juin à novembre 2023. Et ils ont averti que la situation ne ferait qu’empirer à mesure que le climat se réchauffe, poussant l’Amazonie vers un "point de bascule" climatique.

Les scientifiques craignent que le changement climatique et la déforestation combinés n’intensifient l’assèchement et le réchauffement de l’Amazonie. Selon eux, cela déclencherait une transition accélérée de la forêt tropicale vers la savane et réduirait sa capacité à stocker le carbone.

La capacité de stockage de l’Amazonie est estimée à plus de 100 milliards de tonnes de carbone dans ses arbres et ses sols, soit plus de deux fois les émissions annuelles mondiales de toutes sources.

"L'Amazonie pourrait construire ou détruire notre lutte contre le changement climatique", a déclaré Regina Rodrigues, professeur d'océanographie physique et du climat à l'Université fédérale de Santa Catarina.

"Point de bascule"

"Si nous protégeons la forêt, elle continuera à agir comme le plus grand puits de carbone terrestre au monde". "Mais si nous permettons aux émissions d'origine humaine et à la déforestation de franchir le point de bascule, cela libérera de grandes quantités de dioxyde de carbone et compliquera encore davantage notre lutte contre le changement climatique", explique-t-elle.

Des bateaux échoués sur le fleuve Negro,  dans l'Etat d'Amazonas, le 16 octobre 2023 au Brésil (AFP/Archives - MICHAEL DANTAS)
Des bateau[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi