Publicité

Une chance qui "tombe du ciel" : les Américains se préparent à l'éclipse totale

Des millions d'Américains pourront observer lundi une éclipse totale, un phénomène rare qui attirera de nombreux touristes le long d'une diagonale traversant les Etats-Unis du sud au nord-est.

A Burlington, dans l'Etat du Vermont, dans le nord-est du pays, le Soleil sera complètement masqué juste avant 15H30 (19H30 GMT) le 8 avril 2024. De nombreux hôtels affichent complet depuis des mois. Et les prix des quelques chambres restantes, d'habitude environ 150 dollars la nuit, atteignent entre 600 et 700 dollars le jour de l'événement astronomique le plus important de l'année.

Une "chance incroyable" qui "tombe littéralement du ciel"

"Je ne sais pas si on aura à nouveau quelque chose comme ça", confie à l'AFP Jeff Lawson, vice-président de la chambre de commerce locale. Selon lui, c'est une "chance incroyable" qui "tombe littéralement du ciel" pour la ville de 40.000 d'habitants.

Environ 32 millions de personnes vivent sur le trajet d'obscurité totale, là où l'éclipse totale sera visible, selon la Nasa.

D'inévitables "retards et embouteillages"

Les préparatifs pour le grand jour ont commencé il y a des années, souligne à l'AFP Matt Bruning, du ministère des Transports de l'Ohio, autre Etat du nord-est frontalier du Canada. Depuis la dernière grande éclipse aux Etats-Unis, en 2017, "l'une des choses que nous avons beaucoup entendues c'est qu'il n'est jamais trop tôt pour commencer à se préparer", poursuit-il. Malgré cela, prévient-il, il y aura d'inévitables "retards et embouteillages".

A Cleveland, ville de l'Ohio, les autorités locales attendent quelque 200.000 visiteurs, avec notamment quatre jours de concerts lors d'un "festival solaire" ou "Solarfest". Les retombées économiques directes et indirectes de l'éclipse de cette année pourraient atteindre six milliards de dollars, estime le cabinet d'analyse économique Perryman Group.

Cette année, la trajectoire de l'éclipse totale est large d'environ 185 kilomètres, plus qu'en 2017. Son[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi