Publicité

Les champignons, matériaux du futur pour remplacer les plastiques ?

L’amadouvier, champignon "allume-feu", pourrait être utilisé pour remplacer certains plastiques et trouver son utilité dans de nombreux domaines, comme en médecine.

Fomes fomentarius, ou Amadouvier, est un champignon commun dans l’hémisphère nord, qui pousse sur le bois en causant sa décomposition et pouvant atteindre un diamètre de 50 cm. Utilisé comme allume-feu depuis la préhistoire, il a aussi trouvé de nombreux usages en médecine : cautérisation des plaies, pansement, compresse ; ou encore dans la fabrication de certains vêtements ou objets décoratifs. Dans une étude publiée dans la revue Science Advances, une équipe de chercheurs finlandais, allemands et néerlandais, se propose d’étudier en détail la structure de ce champignon étonnant et d’envisager son utilisation en tant que biomatériau qui pourrait, selon les chercheurs, "surpasser les matériaux naturels".

Les biomatériaux, une industrie florissante

Depuis quelques années, l’industrie des biomatériaux est florissante. Les mycomatériaux, en particulier, se popularisent puisqu’ils présentent de nombreux avantages : ils sont faits à partir de matière organique, sont biodégradables et leur fabrication nécessite beaucoup moins de dioxyde de carbone (CO2) que pour les matériaux traditionnels. Ils sont aussi plus économiques.

Aujourd’hui, ils présentent une alternative intéressante au cuir et aux matières synthétiques dans l’industrie du textile. Ils peuvent aussi remplacer certains polymères synthétiques et servir à fabriquer des emballages, du mobilier et même être utilisés dans le domaine du bâtiment (construction, isolation, etc.).

Une structure en trois couches, aux propriétés différentes

Le champignon, collecté en Finlande, a été divisé en plusieurs sections individuelles. Sa composition, ses couches et ses propriétés physiques ont été étudiées grâce à des méthodes telles que la cristallographie aux rayons X (technique utilisée pour caractériser la matière) ou encore la microtomographie aux rayons X (permettant de retranscrire une image en 3D d’un échantillon). Ces différentes techniques ont permis aux chercheurs d’identifier et caractériser en détail les trois cou[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

VIDÉO - Plastique, canettes et... cadavres: avec les nettoyeurs des rivières de Rangoun