"Un champ de bataille": le responsable du Secours populaire d'Isère témoigne après le cambriolage

"C'était un champ de bataille", a déploré, sur l'antenne de BFMTV, Nabil Chetouf, secrétaire général du Secours populaire en Isère, lundi 25 décembre, après le cambriolage de leur entrepôt situé à Échirolles intervenu samedi.

"On a été interpellé samedi soir par la police, et on a vu vraiment le saccage, la catastrophe", déroule le responsable de l'association. Il évoque "un champ de bataille où il y a du saccage".

"C'est au-delà du cambriolage, les gens ont déchiré, abîmé, jeté et ont pris les trois-quarts de la marchandise", constate-t-il. Certains objets volés étaient prévus à la distribution à partir du mois de janvier.

"Ils ont touché le cœur du Secours populaire, c'est la partie logistique ici", ajoute Nabil Chetouf, qui précise : "On gère le vestimentaire, les jouets, la braderie et l'ameublement neuf pour les familles que nous accompagnons", réparties dans les 20 comités et quatre antennes du département.

300.000 euros de préjudice

Alors que des centaines de cartons éventrés jonchent le sol de l'entrepôt et que des camionnettes ont été désossées, le Secours populaire estime le préjudice à environ 300.000 euros de marchandises.

Autant de dons qui ne seront pas distribués durant les fêtes de fin d'année. "C'étaient des biens que nous utilisons pour faire les braderies, pour récolter de l'argent et acheter des denrées alimentaires", déplore la trésorière départementale, Manèle Ben Hamida au micro de BFMTV, tout en appelant "aux bonnes volontés" pour reconstituer les stocks.

Article original publié sur BFMTV.com