Chômage : le jour sans fin de Michel Sapin

"Aujourd’hui, la situation est mauvaise. Elle l’est non pas depuis 6 mois ou 9 mois, elle l’est depuis 19 mois." Vendredi matin sur Europe 1, Michel Sapin, ministre du Travail, a préparé le terrain avant l’annonce des chiffres officiels du chômage pour décembre. C’est devenu un rituel : chaque mois depuis l’arrivée du nouveau gouvernement, Michel Sapin se fait l’émissaire du diable, avant l’annonce des statistiques du mois précédent.


 

Fin mai, le nouveau gouvernement vient d’être mis en place, et le ministre du Travail vient confirmer une tendance à la hausse. "On voit le caractère dérisoire de la phrase de Nicolas Sarkozy 'la baisse tendancielle de la hausse'. Ca monte, c’est la hausse. Il faut donc agir". Facile à l’époque pour le ministre de l’Emploi de condamner la politique du précédent gouvernement et ses conséquences.

En juillet, même ligne, même responsables : "Je veux pas avoir l’air de dire : 'C’est toujours ceux d’avant', mais chacun voit bien que ce sont les chiffres du mois de juin, que l’Assemblée nationale n’était pas encore renouvelée …". Idem en août, où le ministre défend ardemment un gouvernement déjà critiqué pour son immobilisme. "Je ne vais pas laisser penser aux Français qu’il suffit qu’il y ait un nouveau président et une nouvelle majorité pour que le chômage s’inverse."

Mais plus les mois passent, et plus Michel Sapin peine à justifier les chiffres préoccupants de l’emploi en France. La tendance à la hausse n’est pas une surprise, mais les mauvaises nouvelles ne font jamais bon effet, surtout quand elles deviennent habituelles. Vendredi matin, sur Europe 1, (...) Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Chômage : le jour sans fin de Michel Sapin

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.