Publicité

"C'est le seul petit regret" : cette célèbre comédie que Jean Dujardin a refusée

Bruno Bebert / Bestimage
Bruno Bebert / Bestimage

Actuellement à l'affiche de Sur les chemins noirs, le nouveau long métrage de Denis Imbert en salles à partir de ce mercredi 22 mars, Jean Dujardin était de passage sur le plateau de l'émission C à vous sur France 5 ce lundi soir. L'occasion pour le célèbre comédien à la carrière impressionnante d'évoquer ses anciens rôles, mais aussi ses éventuels regrets.

"Il doit y en avoir quelques-uns... Un seul !", a-t-il ainsi confié au sujet des rôles qu'il accepterait sans doute s'il pouvait retourner en arrière.

"Il y en a un qui était vraiment chouette, c'était L'Arnacoeur", poursuit Jean Dujardin. "C'était vachement bien, et à l'époque, le scénario n'était pas totalement en place et j'étais en train de tourner. Je crois que je suis passé un peu à côté. C'est le seul petit regret, mais qui était vraiment chouette, j'ai adoré ce film."

Finalement portée par Romain Duris face à Vanessa Paradis, cette comédie romantique de Pascal Chaumeil avait effectivement rencontré un franc succès, réunissant près de 4 millions de spectateurs dans les salles lors de sa sortie en 2010. On y suivait Alex, séducteur invétéré et briseur de couples professionnel, engagé pour ravir le coeur de Juliette, sans se douter qu'elle allait bouleverser le sien.

(Re)découvrez un extrait de "L'Arnacoeur", disponible sur Netflix...

Lire la suite sur AlloCiné

"Ne pas me saouler et ne pas gonfler les gens" : Jean Dujardin nous parle de ses projets après Sur les chemins noirs

Sur les chemins noirs de Sylvain Tesson : quelle histoire vraie a inspiré le film avec Jean Dujardin ?

Séries Mania : Panayotis Pascot et Olivier Gourmet nous en mettent plein la vue dans De Grâce

Le retour d’un héros légendaire, romance et baston réunies… Du 24 au 30 mars, sur Prime Video

"Je savais que j'étais mauvaise" : l'interprète de Kate revient sur ses débuts dans Lost

Nouveau sur Prime Video : on a trouvé le successeur d’After et c’est (presque) meilleur