Publicité

Centrale de Zaporijia: après de nouvelles frappes russes, l'AIEA estime qu'"on joue avec le feu"

Le chef de l'AIEA, Rafael Grossi, a appelé la communauté internationale au sursaut après que de nouvelles frappes russes ce jeudi ont entraîné une coupure de courant dans la centrale nucléaire de Zaporijia.

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a tiré une nouvelle fois la sonnette d'alarme après une frappe russe qui a provoqué une coupure de courant à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijia, au sud du pays.

"À chaque fois on joue avec le feu et si nous permettons à cette situation de se prolonger, un jour notre chance va tourner", a averti Rafael Grossi jeudi à Vienne.

Des consultations sans succès

Le chef de l'AIEA, qui mène depuis plusieurs mois sans succès des consultations avec Kiev et Moscou pour mettre en place une zone de protection autour du site, a appelé la communauté internationale au sursaut.

"Nous devons nous engager à protéger la sécurité du site, et nous devons nous y engager maintenant", a-t-il lancé, se disant "étonné" par la passivité actuelle. "Que faisons-nous pour empêcher" un accident dans la plus grande centrale nucléaire d'Europe, a-t-il demandé.

L'AIEA dispose d'une équipe d'experts dans la centrale de Zaporijia, qui est occupée par l'armée russe et qui se trouve au coeur du conflit. Le site a été coupé du réseau électrique "à environ 5 heures du matin" pour la première fois depuis novembre et la sixième depuis le début de la guerre, précise l'Agence.

Les 20 générateurs d'urgence activés

Selon l'opérateur public ukrainien Energoatom, l'incident est survenu "à cause d'attaques de missiles" russes. Leur localisation exacte n'a pas été précisée.

Les 20 générateurs d'urgence ont été activés, avec des stocks d'urgence leur permettant de fonctionner une quinzaine de jours pour une durée de vie maximale de 15 jours.

L'électricité est essentielle pour faire tourner les pompes assurant la circulation d'eau. Car il faut constamment refroidir le combustible des coeurs des réacteurs ainsi que celui placé dans les piscines d'entreposage, pour éviter un accident de fusion et des rejets radioactifs dans l'environnement.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Guerre en Ukraine - Frédéric Encel : "Poutine est vraisemblablement malade. On ne sait pas si cette maladie sera une variable dans ses prises de décision"