Center Parcs de Roybon: Barbara Pompili salue l'abandon d'un projet de l'"ancienne période"

Jeanne Bulant avec AFP
Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, lors de la passation des pouvoirs le 7 juillet 2020 - Bertrand GUAY

Barbara Pompili a salué jeudi l'abandon du projet de domaine Center Parcs à Roybon en Isère, le qualifiant d'"absurdité" en matière environnementale, typique d'une "ancienne période".

"J'étais de longue date opposante à ce projet parce que c'est un projet de l'ancienne période où on ne s'occupait pas de ce qu'on faisait à la nature", a déclaré jeudi la ministre sur Franceinfo, insistant sur le déboisement important prévu dans une zone humide.

"Défricher la nature pour en fabriquer une artificielle"

"C'est fou quand même. C'est supposé être des vacances pour être proche de la nature et ça n'avait pas du tout été pensé pour protéger la nature. On a une absurdité et en plus il y avait eu un clair manque de concertation en amont", a-t-elle ajouté.

"On ne peut plus aujourd'hui faire des projets comme cela sans associer ceux qui vivent tout près et associer de manière générale les citoyens", a insisté la ministre.

Le secrétaire national d'EELV Julien Bayou a salué de son côté "l'action des militants qui ont permis cette victoire". "C'est une très bonne nouvelle", a-t-il dit sur Public Sénat.

Un tel projet, "c'est scandaleux parce que c'est défricher la nature pour en fabriquer une artificielle", a-t-il ajouté, en assurant que "c'est financé avec une niche fiscale quasiment dédiée, donc c'est de la défiscalisation pour les plus riches pour aller faire du bungalow qui détruit la nature".

"C'est très grave" pour le maire

Le maire UDI de Roybon en Isère, Serge Perraud, a au contraire très mal accueilli la nouvelle. "Économiquement, pour une commune comme la nôtre, en déclin de population, c'est très grave. La population est effondrée. Ce projet, c'était quand même 700 emplois", a-t-il souligné. L'élu estime le manque à gagner pour cette commune endettée, en termes de taxes et sans compter les retombées touristiques, à "plusieurs millions d'euros".

"Ce dossier a été instrumentalisé politiquement. L'opposition s'est cristallisée sur Roybon mais d'autres projets se montent aujourd'hui ailleurs", a-t-il déploré.

Le groupe Pierre et Vacances a annoncé mercredi l'abandon de son projet de domaine Center Parcs à Roybon, bloqué par de multiples recours et d'interminables procédures judiciaires depuis son lancement en 2007, et dont le terrain est occupé par des "zadistes".

Le projet, d'un montant de 390 millions d'euros, prévoyait la construction dans la forêt de Chambaran de mille cottages, de commerces et de restaurants autour d'un espace aquatique, sous la forme d'une bulle transparente maintenue à 29 degrés avec piscines, toboggans et jacuzzis.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est d'assurer la meilleure expérience possible pour nos utilisateurs et de créer une communauté respectueuse de chacun. Nous travaillons à l'amélioration de cette expérience et pendant cette période, le module commentaires a la fin de nos articles n'est pas disponible. Merci de votre compréhension.