Publicité

"Cela a changé ma vie pour toujours" : elle pensait avoir une grippe, elle n'avait en fait que 10% de chances de survivre

Cette mère de famille a passé neuf jours dans le coma, elle a subi trois interventions. Elle va conserver certaines séquelles à vie.

Elle a gardé le cathéter huit mois et doit conserver le sac de stomie pour toute sa vie (Getty Images/iStockphoto)

Elle pensait souffrir d'une grippe. Une mère écossaise de deux enfants a présenté les signes d'un syndrome grippal. Mais cinq jours plus tard, elle a été transportée d'urgence à l'hôpital à cause d'un choc septique. Les médecins ont constaté la présence d'une masse noire sur sa fesse gauche, ils ont diagnostiqué une fasciite nécrosante, une infection bactérienne des tissus mous potentiellement mortelle.

Le New-York Post raconte qu'elle a passé neuf jours dans le coma et qu'elle a subi trois interventions chirurgicales afin de débarrasser les muscles de cette infection. Elle n'avait que 10% de chances de survivre. "Cela a été tellement traumatisant et cela a changé ma vie pour toujours. J'ai perdu 31 kilos et j'ai dû réapprendre à marcher. Même maintenant, je ne peux toujours pas m'asseoir et je dois emporter un oreiller spécial avec moi partout où je vais", raconte la mère de famille.

Des hallucinations

D'après les médecins, cette infection peut être causée par un poil incarné ou une tache. "On a dit à ma famille de se préparer au pire : ils ne pensaient pas que je m'en sortirais. J'ai passé neuf jours dans le coma et quand j'ai finalement repris conscience, j'étais incroyablement désorientée et j'ai continué à avoir des hallucinations". En effet, la patiente était convaincue d'être âgée de 17 ans et de séjourner dans un hôtel cinq étoiles. "Je me suis réveillée avec un cathéter, une stomie et une plaie de 20 centimètres de profondeur. Il fallait deux heures par jour aux infirmières pour changer mes bandages et nettoyer mes plaies", rapporte le New-York post. Elle a gardé le cathéter huit mois mais doit conserver le sac de stomie pour toute sa vie.

"La seule bonne chose qui ressort de tout cela, c'est que je me sens plus proche de mon mari que jamais. C'est comme si nous étions de nouveau tombés amoureux : notre relation s'est considérablement améliorée", explique la patiente. Aujourd'hui, elle met en garde les autres personnes et encourage à consulter en cas de syndrome grippal qui s'aggrave.

Déclic - Juliette : "Grâce à ma maladie, je me rends compte de la valeur de la vie"