Publicité

"Ce n'est pas une vie" : atteinte de la maladie de Lyme et épuisée de se battre, elle demande l'aide médicale à mourir

Les différents traitements n'ont pas permis d'améliorer la situation. Aujourd'hui, la trentenaire est à bout de forces.

Au Canada, une jeune femme mène un combat contre la maladie de Lyme depuis plusieurs années (Getty Images)

En 2021, on estime que près de 47 000 cas de maladie de Lyme ont été diagnostiqués en médecine générale. La borréliose de Lyme est transmise lors d’une piqûre de tique infectée par une borrelia. "Dans les 30 jours qui suivent une piqûre, peut apparaître un érythème migrant, sous la forme d’une plaque rouge et arrondie qui s’étend en cercle autour de la zone piquée puis disparaît en quelques semaines à quelques mois", détaille le ministère de la Santé. Si l'évolution de la maladie est souvent favorable, des troubles neurologiques peuvent survenir en l'absence de traitement.

Au Canada, une jeune femme mène un combat contre la maladie de Lyme depuis plusieurs années. Malgré les traitements, la situation ne s'améliore pas. "La souffrance est rendue vraiment difficile moralement de toujours être alitée, 100% pris en charge par les autres personnes, de ne pas avoir aucun autre divertissement à part écouter des podcast et des livres audio. Toujours être dans les soins, ce n’est pas une vie ni pour moi ni pour les membres de ma famille", raconte la femme de 29 ans dans les colonnes du Journal de Montréal.

Une aide médicale à mourir

Si les récents traitements ont apporté un léger mieux, la situation reste invivable pour la patiente : "Je m’alimente uniquement de bananes depuis des mois. Je perds du poids chaque semaine, la dernière fois que je me suis pesée, j’étais à 30 kilos". Aujourd'hui, sans solution thérapeutique et épuisée de se battre, elle a débuté les démarches pour avoir recours à l'aide médicale à mourir.

"Pour que je change d’idée, il faudrait qu’on me redonne espoir d’être prise en charge à différents niveaux. D’abord par le système de santé et aussi trouver des moyens d’avoir de l’aide au niveau financier pour qu’on puisse continuer de creuser et continuer d’avancer", continue d'espérer la jeune femme qui fêtera prochainement ses 30 ans.

VIDÉO - "Les médecins me disaient d'arrêter de me plaindre" : après huit ans de calvaire, Laura, atteinte de la maladie de Lyme, raconte son calvaire