La catastrophe de Millas, "pire moment" d'Édouard Philippe à Matignon

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
L'ancien Premier ministre et maire du Havre Edouard Philippe, le 3 juillet 2020 à Paris - Ludovic Marin © 2019 AFP
L'ancien Premier ministre et maire du Havre Edouard Philippe, le 3 juillet 2020 à Paris - Ludovic Marin © 2019 AFP

Il s'agit du "moment le plus dur" des deux ans et demi passés par Édouard Philippe à Matignon. Au micro de l'émission Sept à Huit dimanche soir sur TF1, l'ancien Premier ministre est revenu sur la catastrophe ferroviaire de Millas, qu'il présente comme son "pire moment".

Le 14 décembre 2017, un car scolaire entrait en collision avec un train régional à Millas, une commune à l'ouest de Perpignan. L'accident a causé la mort de six adolescents et fait dix-sept blessés, dont la conductrice. Alors Premier ministre, Édouard Philippe s'était rendu sur les lieux de la tragédie.

"Je me souviens, juste après la catastrophe, on a été voir les pompiers qui avaient ramassé les corps et franchement, c’était des grands gaillards, c’était des types solides", a expliqué l'homme politique. Avant d'ajouter, ému: "Eh bien... Je me souviens de leur regard à tous."

"C'est juste le destin qui vous écrase"

Encore bouleversé par "la violence du choc", Édouard Philippe peine à évoquer la tragédie. "Et puis vous savez, quand vous êtes parent, vous êtes père, vous vous identifiez, c’est presque égoïste et j’en suis confus", a-t-il expliqué.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Vous voyez le désarroi de familles qui attendent la nouvelle, qui ne savent pas forcément à ce moment-là quel est exactement le sort de leur enfant. C’est juste le destin qui vous écrase", a soufflé Édouard Philippe.

Plus de trois ans après le drame, la date du procès n'a toujours pas été fixée. La conductrice du car, mise en examen pour blessures et homicides involontaires par imprudence, remet en question la validité de l'expertise.

Son avocat s'est pourvu en cassation dans l'espoir d'invalider la conclusion de l'enquête technique qui écarte d'éventuelles défaillances du réseau ferré et charge la conductrice.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles