Castex commente sèchement les propos de Philippe sur un départ à la retraite à 67 ans

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Jean Castex n'a pas apprécié la sortie de son prédécesseur.  - Pascal Guyot
Jean Castex n'a pas apprécié la sortie de son prédécesseur. - Pascal Guyot

Édouard Philippe a beau ne plus être - depuis juillet 2020 et son départ de Matignon - que maire du Havre, l'ex-Premier ministre a profité d'un entretien publié ce jeudi par le site de Challenges pour évoquer la situation économique nationale. Revenant sur la réforme des retraites, qu'il avait initiée avant que le Covid-19 n'en suspende l'élan sine die, il en a non seulement fixé le cap mais en a aussi souligné l'importance. Une forme de rappel à l'ordre qui n'a visiblement pas plu à son successeur à Matignon, Jean Castex, qui lui a vertement répondu à travers une interview accordée à La Dépêche du Midi et au Midi Libre.

"Quand le moment sera le bon"

"Nous préférons continuer à danser au-dessus du volcan que prendre les mesures, drastiques - et parfois amères -, qui s'imposent. La première réforme à faire est celle des retraites", avait lancé Édouard Philippe, proposant un seuil: "La seule solution raisonnable est d'allonger la durée de vie active en repoussant l'âge de départ à la retraite à 65, 66 ou 67 ans ".

Or, si l'exécutif a assuré être toujours attaché à mener cette réforme - l'abordant même avec les partenaires sociaux à Matignon le 1er septembre dernier -, il s'est bien gardé de s'avancer quant à un quelconque agenda... et bien plus d'en arrêter le contenu. Interrogé au sujet de la sortie d'Edouard Philippe au cours d'un déplacement à Montpellier, Jean Castex a une nouvelle fois écarté tout calendrier: "Nous la ferons quand le moment sera le bon". Le 8 septembre face à la presse, Jean Castex avait fait de la conduite de la réforme une "nécessité absolue", tout en jugeant: " À ce jour, ces conditions ne sont toujours pas réunies".

De surcroît, le chef du gouvernement a remarqué que lorsqu'il était au pouvoir, Edouard Philippe avait montré moins de hardiesse: " Je n’ai pas souvenir que, dans le projet de loi qu’il avait lancé, il y avait écrit cet âge de 67 ans...".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles