Publicité

"Tu casses, tu répares": Attal annonce des "travaux d'intérêt éducatif" pour les mineurs de moins de 16 ans

"Réussir le réarmement civique, c’est au cœur des priorités de mon gouvernement". Lors de discours de politique générale tenu ce mardi 30 janvier devant les députés, Gabriel Attal a emprunté le chemin de "l'autorité". Une autorité qu'il veut "faire respecter partout", "dans les classes, dans les familles, dans les rues".

Évoquant les émeutes qui ont éclaté en France en juillet dernier, auxquelles participaient "des jeunes, très jeunes parfois, qui semblaient avoir déjà coupé les ponts avec notre société", le Premier ministre souhaite "des sanctions adaptées pour les mineurs de moins de 16 ans".

À cette occasion, il a ainsi annoncé la création "de travaux d'intérêt éducatif", comme un équivalent de la "peine de travaux d’intérêt général" non-applicable à ces mineurs.

"Cela fera partie d’une revue de l’échelle des sanctions dans nos établissements scolaires. Dès le plus jeune âge, il faut en revenir à un principe simple: 'tu casses, tu répares, tu salis, tu nettoies, tu défies l’autorité, tu apprends à la respecter'", a déclaré Gabriel Attal.

"Responsabiliser les parents"

Outre les enfants, le Premier ministre souhaite aussi davantage "responsabiliser les parents" en proposant "la mise en place de travaux d’intérêt général pour les parents de jeunes délinquants, qui se sont totalement soustraits à leur responsabilité parentale". Une proposition qu'il souhaite inscrire dans le projet de loi sur la justice des mineurs.

Toutefois, il a affirmé qu'il est "hors de question d’accabler certaines familles" soulignant notamment les difficultés d'être une mère seule.

Gabriel Attal a donc précisé qu'en France, 50.000 places d'internat sont disponibles.

"Désormais, quand un jeune sera sur la mauvaise pente, plutôt que de le laisser plonger dans la délinquance, nous proposerons aux parents de le placer en internat, en y facilitant l’accès, y compris financier", a-t-il suggéré.

Article original publié sur BFMTV.com